Les Suisses inquiets de l'impact du Covid et de l'inflation sur leur situation financière

Comme l'an passé, la pandémie pèse sur les perspectives financières des Suisses. Une majorité ...
Les Suisses inquiets de l'impact du Covid et de l'inflation sur leur situation financière

Les Suisses inquiets de l'impact du Covid et de l'inflation sur leur situation financière

Photo: Keystone/URS FLUEELER

Comme l'an passé, la pandémie pèse sur les perspectives financières des Suisses. Une majorité s'inquiète aussi de l'inflation, selon une étude de Comparis. La part de ceux qui s'attendent à une détérioration de leur situation financière est toutefois en léger recul.

Quatre personnes interrogées sur cinq indiquent être un peu voire très inquiètes en raison du coronavirus, écrit le comparateur en ligne Comparis dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi. Il précise que la part des personnes très inquiètes a augmenté par rapport à 2020, passant de 31% à 36%.

Huit personnes sur dix (81%) se font du souci à cause de l'inflation, dont 47% un peu et 34% beaucoup. L'inquiétude est bien plus importante (45%) chez les foyers disposant d'un revenu brut inférieur ou égal à 4000 francs.

Une majorité de sondés (58%) estiment que leur situation financière restera stable l'année prochaine, tandis qu'un peu plus d'un quart (27%) s'attendent à une amélioration. A l'inverse, 16% anticipent une détérioration, un chiffre en légère baisse par rapport à l'année passée (18%).

Optimisme sur les placements

Parmi les raisons invoquées pour leur pessimisme figurent en premier lieu les primes maladies en hausse (37%), suivie par la perte d'emploi (29%), une baisse du taux d'occupation (15%) et une hausse des loyers et des taux hypothécaires (15%). La part des personnes qui cite une augmentation de loyer/des intérêts hypothécaires comme source d'inquiétude a triplé par rapport à 2020, souligne Comparis.

Du côté des optimistes, les raisons avancées sont un emploi mieux rémunéré pour soi ou son/sa partenaire (33%) ou une augmentation de salaire pour soi ou son/sa partenaire (31%). De plus, près d'un quart (24%) s'attendent à une appréciation de leurs placements, un chiffre sans précédent, relève Comparis.

Le sondage a été réalisé en décembre auprès de 1045 personnes issues de toute la Suisse par l'institut Innofact sur mandat de Comparis.

/ATS
 

Actualités suivantes