Adapter les salaires à la hausse du coût de la vie

Les prix, notamment de l'électricité et du chauffage, augmentent, tout comme ce sera le cas ...
Adapter les salaires à la hausse du coût de la vie

L'USS réclame une hausse des salaires entre 4 et 5% pour 2023

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

L'Union syndicale suisse (USS) a demandé vendredi une augmentation des salaires de 4 à 5% pour l'année prochaine. Les syndicats estiment qu'il est temps de compenser le renchérissement et de rattraper la stagnation de ces dernières années.

'Nous demandons un minimum d'équilibre, on pourrait même parler d'un minimum de décence commune', a déclaré Pierre-Yves Maillard, président de l'Union syndicale suisse (USS), dans la version écrite de son discours. Et d'énumérer une hausse du PIB prévue à 2,5% en 2022 et à 1,9% en 2023, une croissance des exportations de 11,5% au premier semestre, un chômage à 2% - 'niveau le plus bas depuis 20 ans' - ou encore des dividendes et rachats d'actions 'à un niveau historiquement élevé'.

'Et du côté des salariés et des ménages?', a demandé M. Maillard. 'Si on n'adapte pas les salaires à la réalité de la hausse du coût de la vie avec de telles données, quand le fera-t-on?'

L'USS revendique des augmentations de salaire de 4 à 5%. Cette hausse comprend une compensation du renchérissement (entre 3% et 3,5%), une hausse de 1% du salaire réel en raison de la croissance de la productivité et un rattrapage du retard salarial de ces dernières années.

Souci de 'paix sociale'

Le Vaudois a fait appel au 'bon sens' dans un souci de 'concorde nationale et de paix sociale'. Selon lui, on ne peut invoquer le Covid-19 pour donner la priorité à la reprise économique. Dans la restauration, l'hôtellerie ou la coiffure - des domaines impactés par la pandémie -, les salaires ont été adaptés, avec une hausse des salaires réels. 'Si c'est possible chez eux, c'est possible partout.'

M. Maillard souhaite aussi que l'Etat compense en partie la crise du pouvoir d'achat qui se prépare, parlant d'un 'risque d'appauvrissement sans précédent'. Outre la hausse du coût de la vie, le conseiller national membre du Parti socialiste a fustigé le fait qu'il soit demandé aux salariés d'effectuer encore plus de travail la nuit et le dimanche.

Secteur aérien touché de plein fouet

Restrictions sanitaires, obligation vaccinale ou encore licenciements de masse: le secteur de l'aviation civile a été touché de plein fouet par la crise du coronavirus, a rappelé de son côté Sandrine Nikolic-Fuss, présidente de kapers, l'union du personnel de cabine.

Alors que les avions sont pleins et les prix des billets à la hausse, les employés sont en sous-effectif, travaillant pour des salaires 'indécents', a-t-elle déploré. Les conditions de travail 'précaires' et la grande flexibilité demandée font que le personnel fluctue plus que dans d'autres branches.

Au lieu d'améliorer les conditions de travail et les salaires, les compagnies préfèrent recruter à l'étranger, a-t-elle pointé. 'La sous-enchère sociale est indéniable.' Les employés se sentent 'floués' et 'trahis' après avoir participé à l'effort collectif pendant la crise.

Une hausse de salaire de 5%, sans compter l’évolution effective des salaires dans les différentes entreprises, est un minimum, selon Mme Nikolic-Fuss. 'Un salaire inférieur a 4000 francs brut par mois est tout simplement une honte. (...) Il est inadmissible qu’un poste de travail à temps plein ne permette pas de vivre décemment en Suisse.'

Crise énergétique

Dans le domaine énergétique, M. Maillard a rappelé qu'il y a bientôt 20 ans, le peuple suisse refusait la loi demandant la libéralisation complète du marché électrique, 'grâce aux syndicats'. Il a critiqué ceux qui ont prôné cette libéralisation et qui s'apprêtent désormais à 'demander des aides à l'Etat ou un retour dans le giron du monopole et des prix régulés pour compenser la hausse des coûts de l'énergie'.

Le Vaudois a prôné un 'enterrement définitif' de toute volonté de libéraliser cette branche. Et d'exiger le rétablissement d'urgence des monopoles publics ou au moins régulés.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus