Les prix à la consommation sont repartis à la hausse en janvier

Après avoir reculé depuis septembre, les prix à la consommation ont grimpé en janvier. L'inflation ...
Les prix à la consommation sont repartis à la hausse en janvier

Les prix à la consommation sont repartis à la hausse en janvier

Photo: KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI

Après avoir reculé depuis septembre, les prix à la consommation ont grimpé en janvier. L'inflation a atteint 3,3% en janvier par rapport au même mois de 2022, en raison de la poursuite de la hausse des prix de l'énergie, mais aussi de l'alimentation et des transports.

L'indice des prix à la consommation (CPI) a augmenté de 0,6% en janvier par rapport à décembre, pour s'établir à 105,0 points, indique lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans un communiqué. Il été tiré par l'augmentation des prix de l'électricité et du gaz. Les prix des nuitées hôtelières ont également grossi, de même que ceux du pain et du café.

En revanche, les tarifs des transports aériens et des produits pétroliers ont diminué, de même que ceux de l'habillement et des chaussures, réduits en raison des rabais saisonniers.

Sur un an, l'inflation s'inscrit dans le haut de la fourchette des prévisions. Les économistes interrogés par AWP anticipaient une poussée entre 3,0% et 3,3%. Sur l'ensemble de 2022, le renchérissement moyen s'est établi à 2,8%, après 0,6% en 2021.

Envolée des prix du gaz et de l'électricité

Dans le détail, les prix du gaz et de l'électricité se sont envolés de respectivement 40,3% et de 25,5% par rapport à janvier 2022. La hausse a quasiment atteint un quart pour le mazout et s'est établie à 40% pour les transports aériens.

Le relèvement du prix du pain a frôlé 11%, celui des pâtes alimentaires, des oeufs et du café 10%, alors que celui du fromage à pâte dure et mi-dure a pris 7%. Les loyers dans l'immobilier résidentiel se sont alourdis de 1,5%.

Parmi les rares composantes de l'indice à avoir connu une décrue figurent les ordinateurs personnels (-10%), la location de véhicules personnels (-11%) ou encore la viande de porc (-1,5%).

L'inflation sous-jacente - hors produits frais et saisonniers, énergie et carburants - s'est stabilisée par rapport à décembre. Sur un an, elle a atteint +2,2%. Les prix des produits fabriqués en Suisse ont crû de 1,0% sur un mois et de 2,6% sur un an. Ceux des produits importés ont reculé de 0,6% sur un an mais se sont envolés de 5,2% par rapport à janvier 2022.

Toujours inférieur aux voisins

Une inflation à 3,3% reste encore 'modérée en comparaison internationale', a déclaré à AWP David Kohl, de la banque Julius Bär. Elle 'reste fortement tirée par des facteurs externes, tandis que la conjoncture robuste contribue à la répercussion des prix à la consommation élevés'.

Alessandro Bee, économiste senior chez UBS, a souligné que 'la forte hausse des prix à la consommation est à imputer avant tout à celle des prix de l'électricité en début d'année', grimpant de 25,5% à la fois par rapport à décembre et par rapport à il y a un an. Il s'agit toutefois d'un effet unique, le prix du courant étant relevé une fois par an.

L'expert s'attend à un net affaiblissement de l'inflation dès le mois de février. 'Les prix du gaz (sur les marchés) ont fortement reculé, le prix du pétrole s'est stabilisé et les goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement se détendent de plus en plus', autant de facteurs qui devraient se traduire par une inflation nettement plus basse dans les prochains mois. UBS estime qu'elle plongera sous la barre des 2% - l'objectif de la Banque nationale suisse (BNS) - en milieu d'année.

Cela signifie, selon lui, que la BNS va encore relever son taux directeur en mars (UBS table sur 0,5 point de pourcentage à 1,5%), mais qu'elle n'y touchera plus en juin. Le garant de la stabilité monétaire avait amorcé en juin 2022 un resserrement de sa politique face à l'étendue du renchérissement dans le pays.

Karsten Junius, chef économiste de la banque J. Safra Sarasin, relève pour sa part que 'la pression sur les prix dans d'autres domaines (que l'électricité et le gaz) ne diminue pas aussi rapidement que souhaité', au regard de l'évolution des prix hors biens soumis à des réglementations de l'Etat.

Cela explique, selon lui, la hausse de l'inflation sous-jacente à 2,2%. Un franc qui ne s'apprécie plus peut aussi y contribuer, estime l'expert. La politique monétaire va continuer d'être restrictive, prédit-il, tablant également sur une hausse de taux de 50 points de base (pb) par la BNS en mars.

/ATS
 

Actualités suivantes