Mort des cinq passagers partis explorer le Titanic

Les cinq passagers du submersible perdu depuis dimanche, près de l'épave du Titanic, sont morts ...
Mort des cinq passagers partis explorer le Titanic

Mort des cinq passagers partis explorer le Titanic

Photo: KEYSTONE/AP

Les cinq passagers du submersible perdu depuis dimanche, près de l'épave du Titanic, sont morts dans l''implosion catastrophique' de ce sous-marin de tourisme. C'est ce qu'ont annoncé jeudi les garde-côtes américains et l'organisateur de l'expédition.

'Nous estimons à présent que notre patron Stockton Rush, Shahzada Dawood et son fils Suleman, Hamish Harding et Paul-Henri Nargeolet sont malheureusement morts', a déploré dans un communiqué la société américaine OceanGate Expeditions, après quatre jours de recherche qui ont captivé aux Etats-Unis et à l'étranger.

'Le champ de débris' retrouvé par les robots de recherche près de l'épave mythique, par près de 4000 mètres de fonds, 'est compatible avec une implosion catastrophique' du submersible, a déclaré, de son côté, le contre-amiral John Mauger des garde-côtes américains, lors d'un point de presse à Boston, sur la côte nord-est des Etats-Unis.

Il a évoqué une 'perte catastrophique' de pression à l'origine de l'accident. A peine le dénouement de cette tragédie connu, le Wall Street Journal a révélé jeudi soir que l'US Navy avait détecté dès dimanche, peu après la perte de contact avec l'appareil, un signal indiquant la probable implosion du submersible.

Le patron d'OceanGate, l'Américain Stockton Rush, était à bord aux côtés d'un richissime homme d'affaires britannique, Hamish Harding (58 ans), de l'ancien plongeur et militaire de la marine, le Français Paul-Henri Nargeolet (77 ans) - surnommé 'M. Titanic' -, et du magnat pakistanais Shahzada Dawood (48 ans) et de son fils Suleman (19 ans) - tous deux étant aussi Britanniques.

'Véritables explorateurs'

'Ces hommes étaient de véritables explorateurs qui partageaient un esprit d'aventure et une passion profonde pour l'exploration et la protection des océans de la planète', a salué OceanGate, disant 'pleurer la perte de vies humaines'.

Les garde-côtes américains, à la tête d'une équipe de recherche internationale, avaient annoncé à la mi-journée sur Twitter qu'un 'champ de débris' avait été localisé par un robot sous-marin téléguidé dans la 'zone de recherche près du Titanic', le célébrissime paquebot de croisière qui avait sombré il y a 111 ans au large des Etats-Unis et du Canada.

Le contre-amiral américain Mauger a présenté ses 'sincères condoléances' aux familles des disparus. Du côté de Londres, qui a perdu trois ressortissants, le ministre des Affaires étrangères James Cleverly a déploré sur Twitter la 'tragique nouvelle' et exprimé aux familles le 'soutien' et les 'condoléances profondes' de son gouvernement.

Islamabad s'est dit 'sensible aux efforts internationaux pour rechercher' le submersible et ses cinq occupants, dont un père et son fils pakistanais. La famille de ces derniers a exprimé vendredi sa 'peine profonde'.

Surveillance à l'aide d'avions C-130 ou P3, navires dotés de robots sous-marins: les Etats-Unis et le Canada avaient encore déployé jeudi matin des moyens en Atlantique nord, au large des deux pays, où est stationné le Polar Prince, le navire duquel était parti dimanche le petit sous-marin de tourisme.

La zone de recherches en surface s'étendait sur 20'000 kilomètres carrés. Paris y avait dépêché l'Atalante, navire de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) doté d'un robot capable de plonger jusqu'à l'épave du Titanic.

Négligences potentielles

Le Titan, long d'environ 6,5 mètres, avait plongé dimanche et devait refaire surface sept heures plus tard mais le contact avait été perdu moins de deux heures après son départ. L'engin disposait d'une autonomie théorique de 96 heures d'oxygène. Mercredi, pourtant, il y avait encore de l'espoir.

Des avions P-3 canadiens avaient détecté des bruits sous l'eau, mais leur origine n'avait a priori aucun lien avec le submersible. Au fil des recherches cette semaine, des informations mettant en cause OceanGate ont été dévoilées sur de possibles négligences techniques de l'appareil de tourisme sous-marin.

Une plainte au civil aux Etats-Unis en 2018 montre qu'un ex-dirigeant de la compagnie, David Lochridge, avait été licencié après avoir émis de sérieux doutes sur la sûreté du submersible. Selon cet ancien directeur des opérations marines, un grand hublot à l'avant de l'appareil a été conçu pour résister à la pression subie à 1300 m de profondeur et non à 4000 m.

Pour 250'000 dollars la place, les passagers s'étaient engagés dans une exploration des restes de ce qui fut l'une des plus grandes catastrophes maritimes du XXe siècle, avec près de 1500 morts. Depuis la découverte de l'épave en 1985, scientifiques, chercheurs de trésors et riches touristes lui rendent visite, entretenant ainsi le mythe.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus