Amazon veut surfer sur le boom des achats alimentaires en ligne

Le géant américain Amazon a annoncé mardi une nouvelle offensive dans la distribution alimentaire ...
Amazon veut surfer sur le boom des achats alimentaires en ligne

Amazon veut surfer sur le boom des achats alimentaires en ligne

Photo: KEYSTONE/AP/REED SAXON

Le géant américain Amazon a annoncé mardi une nouvelle offensive dans la distribution alimentaire en ligne au Royaume-Uni, afin de toucher davantage de clients et de surfer sur le rapide développement du secteur depuis le confinement.

Amazon explique dans un communiqué qu'il propose désormais gratuitement son offre de livraison alimentaire, pour les commandes de plus de 40 livres, à ses abonnés ayant déjà souscrit à ses services 'Prime'.

Pour accéder au service Amazon de distribution alimentaire, les clients au Royaume-Uni doivent toutefois payer un abonnement mensuel de 3,99 livres.

Le groupe va se concentrer dans un premier temps sur Londres et le sud-est du pays, mais compte toucher des millions d'autres clients d'ici la fin de l'année.

Porté par le confinement

Cette initiative confirme l'accent mis par Amazon sur son service 'Prime' qui propose une livraison en un jour pour des achats sur son site, ainsi qu'une offre de streaming video et audio.

Accélérer dans l'alimentaire doit en outre permettre au groupe américain de profiter de l'engouement des Britanniques pour les courses en ligne, une tendance renforcée par le confinement.

Amazon va faire face à une forte concurrence de la part d'acteurs qui ont investi massivement tout récemment pour satisfaire les commandes en ligne et accueillir de nouveaux clients, que ce soit le spécialiste de la vente alimentaire en ligne Ocado, ou le géant des supermarchés Tesco.

Les ventes ont 'été particulièrement bonnes' à la suite du confinement, note Russell Jones, responsable de la distribution alimentaire au Royaume-Uni pour Amazon.

'La livraison alimentaire est l'une des activités qui croît le plus vite chez Amazon', complète-t-il, alors même que le géant américain communique très peu sur ses performances financières ou son nombre d'abonnés au Royaume-Uni.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus