Apple abandonne son projet de centre de données en Irlande

Apple a annoncé jeudi renoncer à construire un centre de données dans l'ouest de l'Irlande ...
Apple abandonne son projet de centre de données en Irlande

Apple abandonne son projet de centre de données en Irlande

Photo: KEYSTONE/AP/CHARLES REX ARBOGAST

Apple a annoncé jeudi renoncer à construire un centre de données dans l'ouest de l'Irlande, un investissement majeur. Cet abandon intervient au moment où le géant américain est confronté à un imbroglio fiscal dans son pays européen préféré.

'En dépit de tous nos efforts, des retards dans la procédure d'approbation (de la construction du centre) nous ont forcé à envisager d'autres plans, nous ne sommes pas en mesure de mener à bien ce projet', a annoncé le géant américain dans un communiqué.

Dévoilé en 2015, le projet de ce centre de données de 166'000 mètres carrés, représentait un investissement de 850 millions d'euros. Il devait être réalisé dans une zone rurale du comté de Galway, sur la côte ouest de l'Irlande. Il devait devenir opérationnel en 2017, mais un contentieux judiciaire a empêché sa construction.

Environnement

Trois particuliers avaient formulé des recours destinés à protéger une forêt, inquiets des répercussions environnementales du projet mais aussi de la viabilité énergétique du site. Selon eux, des évaluations appropriées sur l'impact environnemental n'avaient pas été réalisées. Ils avançaient que l'installation pourrait utiliser jusqu'à 6% de la production nationale d'électricité.

De son côté, Apple assurait que le centre fonctionnerait entièrement avec des sources d'énergie 'propres et renouvelables'. 'Ces installations auront le plus faible impact environnemental pour un centre de données Apple à ce jour', garantissait le groupe américain en 2015.

En octobre 2017, la justice irlandaise avait donné son feu vert au début des travaux. La semaine dernière, elle a toutefois confirmé à deux plaignants la possibilité de formuler un appel devant la Haute cour de justice.

Elle a également averti qu'elle pourrait être contrainte de porter l'affaire devant la Cour de Justice de l'Union européenne, ce qui pouvait laisser craindre au groupe américain des retards supplémentaires dans l'exécution de son projet.

Contentieux fiscal

Malgré ce revers, Apple a pris soin d'affirmer qu'elle continuait à développer ses activités et ses investissements dans le pays, au moment où l'entreprise doit rendre à Dublin 13 milliards d'euros d'avantages fiscaux jugés indus par l'Union européenne.

'Bien que décevant, cet échec ne diminuera pas notre enthousiasme pour de futurs projets en Irlande', a précisé le groupe dans son communiqué. Il déclare y avoir investi plus de 550 millions d'euros ces deux dernières années et estime avoir généré plus de 25'000 emplois, pour 6000 salariés irlandais.

La ministre irlandaise des Entreprises, Heather Humphreys, a dit 'regretter profondément qu'Apple ne poursuive pas ses plans', soulignant que le projet constituait 'une source importante d'investissement et de création d'emplois' dans le comté de Galway.

'Malgré cette mauvaise nouvelle, je me réjouis qu'Apple ait confirmé son engagement dans ses activités en Irlande', a-t-elle ajouté, rappelant que son gouvernement avait fait 'tout son possible pour soutenir cet investissement'.

Dublin, Bruxelles et Apple

L'exécutif irlandais se tient résolument du côté du géant américain. En avril, il avait contesté l'arbitrage de la Commission européenne imposant à Apple le remboursement à Dublin de 13 milliards d'euros 'd'avantages fiscaux indus'.

Bruxelles estime qu'Apple a payé trop peu d'impôts en Irlande du fait d'un accord fiscal passé avec les autorités irlandaises qui lui aurait permis de ne soumettre à l'impôt qu'une infime partie des milliards gagnés en Europe. La Commission avait demandé il y a plus d'un an à l'Irlande de commencer à récupérer les fonds.

Le groupe continue le développement d'un autre centre de données en Europe, au Danemark, également annoncé en 2015 et pour un montant comparable à celui d'Irlande, autour de 850 millions d'euros.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus