Augmentations de salaires très limitées en 2021 (sondages)

Les augmentations de salaires devraient être limitées, voire nulles, l'année prochaine en raison ...
Augmentations de salaires très limitées en 2021 (sondages)

Augmentations de salaires très limitées en 2021 (sondages)

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Les augmentations de salaires devraient être limitées, voire nulles, l'année prochaine en raison des répercussions économiques de la pandémie de coronavirus.

Certaines branches devraient cependant tirer leur épingle du jeu à l'instar de l'énergie, des banques et de l'informatique.

Selon un sondage réalisé par la plateforme d'emploi Jobcloud, 55% des sociétés suisses ne prévoient pas de hausse de salaire l'année prochaine, 36% planifient des relèvements au cas par cas et seulement 9% une progression généralisée, a précisé le site internet qui a interrogé plus de 600 employeurs dans le pays.

Les sociétés de taille moyenne en Suisse alémanique et les petites entreprises en Romandie sont les plus enclines à octroyer des gratifications supplémentaires à leurs salariés, a poursuivi Jobcloud dans un communiqué. Dans le cas d'une hausse de salaires, celle-ci devrait évoluer autour de 1%.

Les économistes d'UBS sont un peu plus réservés sur le relèvement des salaires, ne tablant que sur des augmentations de 0,3% en moyenne, la plus faible évolution depuis 1999. En considérant une inflation de 0,2% l'année prochaine, la hausse réelle des salaires n'atteindra que 0,1%, a souligné la banque aux trois clés dans un communiqué.

Les 325 entreprises interrogées par UBS se disent prudentes concernant l'évolution économique en 2021, seules 20% anticipant une reprise. Elles sont 82% à s'attendre à une progression du chômage.

Selon les secteurs économiques, l'évolution des salaires sera contrastée. Le domaine de l'énergie pourrait octroyer une hausse des salaires de 1,0% à ses employés, suivi des banques et assureurs (+0,8%), ainsi que de l'informatique et des télécoms (+0,8%).

Les services aux sociétés (+0,4%) et la production alimentaire (+0,4%) se situent au milieu du tableau, alors que les branches de la logistique, du commerce de détail, des médias et du tourisme se dirigent vers une année sans hausse de salaires.

/ATS