Bénéfice opérationnel record pour la BCN l'an dernier

La Banque cantonale neuchâteloise (BCN) a réalisé un exercice 2019 record sur le plan opérationnel ...
Bénéfice opérationnel record pour la BCN l'an dernier

Bénéfice opérationnel record pour la BCN l'an dernier

Photo: KEYSTONE/THOMAS DELLEY

La Banque cantonale neuchâteloise (BCN) a réalisé un exercice 2019 record sur le plan opérationnel, dans un contexte général favorable. Le bénéfice net affiche quant à lui une hausse de 2,7% à 40,6 millions de francs.

'La BCN joue un rôle important dans le canton, pour l'économie et pour la culture et le sport, ce qui contribue au rayonnement', a relevé mercredi à Neuchâtel son président Jean Studer, pour qui c'était sa première conférence de presse dans son nouvel habit, après ses années à la Banque nationale suisse (BNS) comme président du Conseil de banque.

L'ancien conseiller d'Etat socialiste a dit se plaire dans sa nouvelle fonction. Au terme d'une tournée des succursales, Jean Studer a constaté une grande motivation et décelé un établissement en phase avec le canton. Ainsi, ce sont pas moins de 40'000 clients qui utilisent le 'e-banking' de la BCN, soit près du quart de la population cantonale.

Bonnes surprises

L'exercice a réservé quelques bonnes surprises, 'une petite cerise sur un gâteau déjà appétissant', a indiqué le directeur général Pierre-Alain Leuenberger. 'Les résultats sont meilleurs qu'attendu'. Trois raisons: des actions et projets qui ont bien fonctionné, peu de besoins en provisions et correctifs de valeur et l'excellente orientation des marchés.

Le résultat opérationnel, qui donne la meilleure idée de l'activité, ressort à 64,4 millions de francs, en progression de 9,4%. 'Un nouveau record', s'est réjoui Pierre-Alain Leuenberger. Les produits ont augmenté de 2,3% à 138,8 millions. Le résultat net des opérations d'intérêts en a constitué le principal apport, avec 96,7 millions (+0,9%).

Taux négatifs

'La BCN a dû encore affronter l'impact des taux négatifs', a rappelé le directeur général. Un phénomène qui érode les marges, comme pour toutes les banques. La modernisation des métiers ainsi que le changement dans la tarification des services occupent toujours le devant de la scène. Les charges affichent pour leur part une hausse de 1,5% à 67,6 millions.

L'Etat de Neuchâtel recevra un montant total de 28 millions de francs, soit un million de plus. Les fonds propres ont été gonflés de 38,8 millions pour les porter à 857 millions, bien au-delà d'exigences réglementaires qui désormais 'font partie du paysage'. Il y a une volonté de les renforcer encore', a précisé Pierre-Alain Leuenberger.

Croissance qualitative

La somme du bilan arrêté à fin décembre a dépassé 11,5 milliards de francs, en hausse de 6,6% en comparaison sur un an. 'Pour les créances hypothécaires, nous cherchons à croître au rythme du marché neuchâtelois', a souligné Pierre-Alain Leuenberger. Elles se sont élevées à près de 8 milliards (+1,9%).

Sur le plan des perspectives, les marges d'intérêts continueront à être 'sous forte pression', en raison de la politique monétaire de la BNS, a avancé le directeur général. La BCN, qui vise toujours une croissance 'modérée et qualitative', entend consolider sa 'très bonne' position auprès des clients et sa situation financière.

/ATS