Bruxelles salue le projet de Berne sur la fiscalité des entreprises

Le commissaire européen aux Affaires financières Pierre Moscovici a salué le rapide lancement ...
Bruxelles salue le projet de Berne sur la fiscalité des entreprises

Bruxelles salue le projet de Berne sur la fiscalité des entreprises

Photo: Keystone

Le commissaire européen aux Affaires financières Pierre Moscovici a salué le rapide lancement d'un nouveau projet d'imposition des entreprises après le 'non' populaire le 12 février. 'C'est le signal que nous attendions', a-t-il déclaré mardi.

Dans le cadre de la visite du commissaire européen en Suisse, le ministre des finances Ueli Maurer lui a présenté le calendrier pour le 'Projet fiscal 17'. Le Conseil fédéral en définira les grandes lignes en juin.

Son entrée en vigueur est prévue en 2019 au niveau fédéral, et au plus tard en 2020 dans les cantons qui devront procéder à des adaptations, a déclaré le conseiller fédéral Ueli Maurer devant les médias à Berne.

Pierre Moscovici a été 'déçu' du rejet de la troisième réforme de l'imposition des entreprises en février, car il espérait aller plus vite. Pour mémoire, le peuple a enterré à près de 60% un projet jugé déséquilibré.

Laisser aucun doute

Le commissaire aux Affaires financières s'est cependant réjoui de la reprise de la discussion à ce sujet. La Suisse a 'vite réagi et le projet est sur de bons rails. Il va dans la bonne direction et au bon rythme', a-t-il ajouté.

Le commissaire européen a également souligné l'importance de ce projet dans le cadre de la lutte contre l'évasion fiscale: 'La Suisse ne doit laisser aucun doute sur sa présence à nos côtés dans cette lutte.'

Mal pour le PS français

Revenant sur les élections à la présidentielle française de dimanche, Pierre Moscovici, membre du PS et ancien ministre français, a admis les douleurs sociales et économiques en France. 'Les réponses ne se trouvent pas dans la fermeture des frontières, mais dans une mondialisation plus juste', a-t-il déclaré.

Et d'espérer un bon score pour Emmanuel Macron au second tour face à Marine Le Pen, afin d'éliminer toute ambiguité. Quant aux résultats du Parti socialiste français (6,3% des voix), Pierre Moscovici a noté qu'il s'agit 'des plus mauvais' de l'histoire du PS. 'Ca fait très mal', a dit le Doubiste.

/ATS
 

Articles les plus lus