Cargo sous terrain présente sa feuille de route

Cargo sous terrain, le projet de transport de marchandises sous terre à travers la Suisse, ...
Cargo sous terrain présente sa feuille de route

Cargo sous terrain présente sa feuille de route

Photo: KEYSTONE/LOGLAY/NITIN DESIGN

Cargo sous terrain, le projet de transport de marchandises sous terre à travers la Suisse, a réuni les 100 millions de francs nécessaires au lancement de son projet. La société a présenté mardi à Doris Leuthard sa feuille de route pour la prochaine phase.

Les porteurs du projet devaient garantir d'ici à mi-2017 cette somme pour la phase de programmation et d'autorisations de construire le premier tronçon partiel entre Härkingen (SO)/Niederbipp (BE) et Zurich, dont la construction coûtera 3,5 milliards de francs. Dès 2030, un système logistique numérique globalisé pour palettes, conteneurs et paquets sera mis en service sur ce tronçon.

Conditions préalables

Cargo sous terrain remplit les conditions émises par le Conseil fédéral en novembre 2016, indique l'entreprise dans un communiqué. Une loi spécifique CST peut être présentée à la consultation publique, puis au Parlement.

L'association s'était transformée en société anonyme en mars 2017. Ses promoteurs étaient devenus les premiers actionnaires. L'économie privée a montré son intérêt pour la réalisation du projet. La Mobilière, Helvetia, Coop et Migros ont été les premiers investisseurs, avec 22,5 millions de francs au total.

Coop, La Mobilière, Migros, la banque cantonale de Zurich, la Poste et Swisscom entendent augmenter leur participation dès que la loi sera entrée en vigueur. Crédit Suisse, l'entreprise de mécatronique Gotthard 3, le développeur européen d'infrastructures Meridiam et le groupe chinois Dagong Global actif dans le développement technologique feront également profiter de leur savoir-faire.

Les cantons d'Argovie, de Berne, de Soleure et de Zurich, le long du premier tronçon, ont également confirmé leur intérêt auprès de la conseillère fédérale Doris Leuthard, cheffe du Département des transports. Ils ont toutefois formulé des demandes d'approfondissement et de concrétisation.

24 heures sur 24

Le projet a été lancé en 2013 par un consortium d'entreprises privées. D'ici à 2045, la première ligne souterraine sera étendue par étapes pour devenir un réseau national dans lequel les marchandises seront transportées sans interruption 24 heures sur 24 de Genève à St-Gall et de Bâle à Lucerne. Au total, les promoteurs envisagent un coût à hauteur de 33 milliards.

Selon les pronostics de la Confédération, le trafic de marchandises augmentera de 37% entre 2010 et 2040. Une fois achevé, CST doit réduire d'environ 30% le transport de marchandises dans les villes et de 40% le trafic autoroutier des poids lourds. Le système prévoit des véhicules de transport autonomes circulant dans des tunnels creusés à 50 mètres sous terre.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus