Credit Suisse étend aux assurances sa banque numérique CSX

Credit Suisse étend l'offre de sa future banque numérique. Le numéro deux bancaire helvétique ...
Credit Suisse étend aux assurances sa banque numérique CSX

Credit Suisse étend l'offre de sa future banque numérique. Le numéro deux bancaire helvétique va intégrer, en coopération avec l'assureur AXA, des solutions d'assurances dans son service bancaire numérique CSX, dont le lancement est prévu la semaine prochaine.

L'offre de banque numérique 'CSX' permet aux clients d'effectuer toutes les opérations bancaires dans une app mobile, rappelle mercredi Credit Suisse. La coopération avec AXA, groupe qui avait acquis à la banque aux deux voiles l'assureur Winterthur en 2006, permet de proposer à la clientèle de CSX une sélection de solutions de bancassurance, directement via l'application, ainsi que dans tous les autres canaux.

Les solutions d'assurance seront mises à la disposition de certains groupes de clients dans le courant du premier trimestre 2021. Credit Suisse et AXA anticipent un important potentiel d'évolution dans le domaine numérique.

La nouvelle offre bancaire CSX se compose d'un compte privé libellé en francs, d'une carte de débit Mastercard pouvant être utilisée en ligne ainsi que pour des transactions gratuites à l'étranger et d'une app mobile proposant diverses fonctions de planification financière et en libre-service.

Le service CSX se déclinera aussi en une version 'CSX Young', gratuit et réservée aux 15-25 ans. Les adeptes des retraits en espèce pourront obtenir une carte 'premium' qui les dispensera de frais lors des passages aux distributeurs automatiques en Suisse, alors que l'offre basique implique une ponction de 2 francs par retrait. Les jeunes clients de CSX Young recevront la carte 'premium' par défaut et sans taxe mensuelle.

L'obtention d'une carte 'premium' implique un coût annuel de 47,40 francs. Un compte privé traditionnel coûte 110 francs par an chez Credit Suisse. L'offre de l'établissement de la Paradeplatz s'inscrit dans un contexte de forte concurrence sur le créneau numérique émanant des néobanques comme Revolut, N26, Transferwise ou encore les solutions suisses Zak, de la Banque Cler, et de Neon.

/ATS