Des mesures pour garantir l'approvisionnement alimentaire

Le Conseil fédéral veut garantir l'approvisionnement alimentaire de la population. Il a pris ...
Des mesures pour garantir l'approvisionnement alimentaire

Des mesures pour garantir l'approvisionnement alimentaire

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Le Conseil fédéral veut garantir l'approvisionnement alimentaire de la population. Il a pris mercredi des mesures en ce sens. Il libère aussi trois millions de francs pour soutenir les bouchers. Le but est d'empêcher une chute des prix de la viande sur les marchés.

Le gouvernement a décidé d'assouplir les dispositions pour les contrôles des denrées alimentaires importées. Dans la situation actuelle, ils ne peuvent pas être totalement assurés, ni en Suisse, ni à l'étranger. Cette mesure vise à garantir l’approvisionnement en évitant d’alourdir encore les procédures de déclaration. Le secteur pourra ainsi aussi réagir rapidement en cas de difficultés.

Par ailleurs, le contingent tarifaire partiel sera relevé pour les oeufs de consommation. L'Office fédéral de l'agriculture pourra aussi temporairement augmenter les contingents pour la production de beurre suisse. Pour la première fois depuis des années, celle-ci ne devrait pas suffire à couvrir les besoins du marché.

Stockage de la viande

La fermeture des restaurants a de fortes répercussions sur le comportement des consommateurs et sur les marchés agricoles. Alors que la demande pour certains produits a littéralement explosé dans le commerce de détail, elle s’est effondrée dans l’hôtellerie-restauration. Cela touche notamment le secteur de la boucherie.

Il n’est pas possible de modifier à brève échéance la production agricole. Le gouvernement libère donc un crédit de trois millions de francs pour contribuer à la stabilisation du marché. Cette somme sera consacrée au financement de campagnes de stockage de la viande bovine, porcine et caprine.

Ces moyens financiers supplémentaires visent à soutenir les abattoirs et contribuent à maintenir la sécurité de l'approvisionnement et les postes de travail. Ils feront l’objet d’une compensation au sein de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG). De plus, afin de délester les acteurs de la filière bouchère, il prévoit un allongement des délais de paiement.

L'ordonnance entre en vigueur le 2 avril et a effet jusqu'au 31 octobre.

/ATS
 

Actualités suivantes