Deuxième jour de grève aux TPG: service minimum pas assuré

La grève aux Transports publics genevois (TPG), entamée mercredi, se poursuit jeudi. De 350 ...
Deuxième jour de grève aux TPG: service minimum pas assuré

Les grévistes des TPG reprennent le travail

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le conflit aux Transports publics genevois (TPG) a pris fin. Un accord a été trouvé jeudi entre les grévistes et leur direction impliquant la fin du mouvement social en cours. Le réseau va progressivement revenir à la normale.

'Lors d'une réunion jeudi matin, la direction a fait une proposition répondant à nos revendications', a déclaré à Keystone-ATS Aurélie Lelong, secrétaire syndicale au Syndicat du personnel des transports (SEV). Soumise au personnel, elle a été acceptée à une large majorité, la condition de la direction étant de mettre un terme au mouvement social.

Le personnel avait déjà obtenu 0,6% de plus d'indexation à partir du 1er septembre. Il recevra 0,6% de plus dès janvier 2023. Les syndicats tiennent à faire remarquer que sans le mouvement social cet accord n’aurait pas été possible. 'La lutte légitime des employés a payé', s'est réjouie Mme Lelong.

Remontée de l'offre

Le compromis porte entre autres sur une indexation des salaires de 0,6% à partir du 1er janvier 2023, confirment de leur côté les TPG dans un communiqué. Cet accord ne remet pas en cause la décision prise par le Conseil d’administration au sujet de l’indexation des salaires 2022. Il a été également convenu d’un calendrier pour la suite des discussions.

La direction des TPG se dit satisfaite de la fin du mouvement social. Les équipes travaillent actuellement à une remontée de l'offre. Les reprises de service sont en cours. Le réseau des tpg devrait retrouver une fréquence normale au plus tard vendredi, selon le communiqué.

Offre minime

La grève du personnel des TPG avait débuté mercredi avec une participation d'environ 600 employés aux piquets de grève. Plus de 90% d'entre eux avaient décidé de la reconduire jeudi faute de proposition satisfaisante de la direction. L'engagement a encore plus fort jeudi matin avec quelque 450 collaborateurs mobilisés, a relevé Mme Lelong.

Contrairement à mercredi, les TPG n'ont pu assurer de service minimum jeudi. Le centre-ville n'a été desservi que par quelques trams, aucun bus n'y circulant. Un peu plus d'une centaine de véhicules étaient en service, principalement sur des lignes régionales et transfrontalières.

Pouvoir d'achat

La question de l'indexation des salaires pour 2022 a été le détonateur du conflit social aux TPG. Les collaborateurs réclamaient une indexation pleine et entière de 1,2% depuis janvier 2022, alors que le conseil d'administration de l'entreprise avait décidé d'une adaptation salariale de 0,6% depuis septembre à laquelle s'ajoute le versement d'une prime unique de 400 francs.

Cet engagement représente 1,6 million de francs non prévus au budget de l'entreprise, selon la direction de la régie. Du côté des syndicats, on relève que le personnel se bat pour son pouvoir d'achat. Une indexation de 1,2% des salaires en 2022 aurait signifié pour les TPG une dépense de 3,2 millions de francs.

Les TPG comptent près de 2200 collaborateurs. Parmi eux, plus de 1500 chauffeurs.

/ATS
 

Actualités suivantes