Dieselgate: VW trouve un accord avec les autorités américaines

Volkswagen et les autorités américaines ont trouvé un accord de principe sur un plan d'indemnisation ...
Dieselgate: VW trouve un accord avec les autorités américaines

Volkswagen et les autorités américaines ont trouvé un accord de principe sur un plan d'indemnisation couvrant les 80'000 voitures diesel concernées par le scandale des moteurs truqués aux Etats-Unis. Ce plan coûtera un milliard de dollars au constructeur allemand.

S'il reçoit le feu vert de la justice, ce plan s'appliquera aux moteurs 3 litres de cylindrée, qui équipent notamment les voitures de marque Porsche et Audi. Il viendra s'ajouter aux 15 milliards de dollars (15,29 milliards de francs) que le géant de l'automobile s'est déjà engagé à débourser pour indemniser les propriétaires de 480'000 voitures de plus petite cylindrée aux Etats-Unis.

Le montant d'un milliard de dollars a été avancé par l'agence environnementale américaine (EPA), qui a négocié ce plan avec VW, le Département de la Justice (DoJ) et l'Etat de Californie. Il n'inclut toutefois pas de possibles compensations financières qui pourraient être versées aux automobilistes s'estimant lésés.

Réparé ou racheté

D'après les quelques modalités révélées par le juge fédéral de San Francisco Charles Breyer, pour les moteurs 3 litres les plus anciens (entre 2009 et 2012), les automobilistes pourront faire réparer leur véhicule ou le faire racheter par Volkswagen.

Pour les modèles plus récents, VW assure être en mesure de réparer tous les véhicules concernés, a ajouté le juge Breyer, qui doit donner son accord final d'ici au 31 janvier.

Fonds contre les émissions excessives

Le DoJ a annoncé de son côté que le constructeur avait accepté de verser 225 millions de dollars supplémentaires à un fonds de lutte contre les émissions excessives des moteurs diesel. Par ailleurs, la Californie a annoncé que Volkswagen s'était engagé à vendre en moyenne 5000 véhicules électriques par an dans cet Etat d'ici 2020.

Une porte-parole de Volkswagen, Jeannine Ginivan, a dit que cet ensemble d'accords constituait 'une étape importante de plus dans nos efforts pour rectifier la situation pour nos clients'.

Même en cas de feu vert, Volkswagen restera sous le coup d'une enquête pénale aux Etats-Unis et fait face à de nombreuses autres poursuites judiciaires dans le monde.

Volkswagen a reconnu avoir équipé 11 millions de ses voitures, dont 600'000 aux Etats-Unis, d'un logiciel faussant le niveau réel d'émissions de gaz polluants, provoquant un retentissant scandale.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes