Discussions sur le climat: une chance pour les transports publics

L'Union des transports publics (UTP) estime que les débats actuels sur la question climatique ...
Discussions sur le climat: une chance pour les transports publics

Discussions sur le climat: une chance pour les transports publics

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

L'Union des transports publics (UTP) estime que les débats actuels sur la question climatique représentent une opportunité. Elle se déclare favorable à une taxe sur le CO2 et sur les billets d'avion.

Les objectifs climatiques, tout comme la stratégie énergétique de la Suisse, ne pourront être mis en oeuvre sans un recours accru aux transports publics. Telles sont les conclusions d'une prise de position de l'UTP publié lundi. Ce texte résume dans les grandes lignes les défis de la branche.

De 2000 à 2009, les transports publics ont enregistré en Suisse une croissance ininterrompue de la demande. L'évolution est particulièrement marquée en ce qui concerne le trafic ferroviaire, où le nombre de personnes transportées par kilomètre a pratiquement doublé depuis le tournant du siècle.

Selon les trajets effectués, les chemins de fer doivent toutefois compter avec des concurrents, tels que les bus interurbains, les véhicules motorisés privés ou les avions. Ces derniers représentent un concurrent particulièrement redoutable, du fait du prix extrêmement avantageux de ses billets exempts de taxes.

Bus écologiques à favoriser

Les bus publics ne sont pas considérés comme des transports spécialement polluants. Ceux qui sont alimentés au diesel émettent cependant une quantité relativement élevée de CO2. C'est pourquoi de nombreuses villes planifient leur remplacement pour se mettre en conformité avec la stratégie énergétique.

La Confédération devrait soutenir la démarche par le biais d'un financement incitatif délimité dans le temps, selon l'UTP. Cette aide permettrait aux municipalités de faire face aux surcoûts engendrés par l'achat de bus plus écologiques.

Au niveau du trafic local, il s'agirait de favoriser différents modes de transport, notamment les nouvelles offres de mobilité électrique. Ces nouveaux types de véhicules sont susceptibles de compléter opportunément l'offre à l'avenir, souligne l'UTP.

Rapport qualité-prix

La meilleure offre de transports publics ne servira toutefois à rien si les potentiels usagers ne peuvent la payer, relève l'UTP. Il s'agit par conséquent de la calibrer en fonction des moyens financiers de la population suisse.

Proposer des transports publics accessibles, cela signifie notamment veiller à une certaine stabilité des prix. Les offres spéciales et les billets à prix réduit représentent en outre des occasions de séduire une nouvelle clientèle. Pour maintenir l'attractivité des transports publics, il s'agirait aussi d'intensifier ce type de mesures, selon l'UTP.

Marge de manoeuvre régionale

Les moyens financiers sont limités, spécialement au niveau des régions, pour développer et introduire des moyens innovants. Aussi les autorités devraient-elles accorder aux acteurs régionaux une marge de manoeuvre suffisante pour qu'ils puissent également promouvoir des nouveautés sur leur terrain. Elles peuvent aussi jouer un rôle de moteur pour les inciter à utiliser les synergies et à se montrer toujours plus efficients.

Les transports multimodaux vont gagner en importance à l'avenir. L'ère numérique offre à cet égard des opportunités aux usagers, en leur permettant de combiner simplement les moyens les plus divers, du vélo au taxi, en passant par l'auto-partage. Cette évolution représente une chance pour les transports publics, qui vont progressivement développer toujours plus de plateformes dans ce sens.

Une offre diversifiée et plus efficace

L'évolution de l'infrastructure ferroviaire illustre bien la problématique: de nouveaux développements sont requis pour répondre aux besoins de voyageurs toujours plus nombreux. Mais il s'agit en même temps de trouver de nouvelles solutions pour assurer un service toujours plus efficient.

Parallèlement à la mise en oeuvre de Rail 2035, pour lequel sont prévus des investissements à hauteur de 12,9 milliards de francs, il s'agit d'exploiter encore mieux ce réseau, à l'aide des nouvelles technologies. Telle est la promesse du programme 'smartrail 4.0' qui vise à augmenter les capacités du rail de 30 pourcents, tout en réduisant les coûts de 450 millions de francs.

/ATS
 

Actualités suivantes