Doris Leuthard veut des infrastructures dans 4 ans pour la 5G

La Suisse a quatre ans pour ne pas manquer le virage du réseau mobile 5G. Passé ce délai, la ...
Doris Leuthard veut des infrastructures dans 4 ans pour la 5G

Doris Leuthard veut des infrastructures dans 4 ans pour la 5G

Photo: Keystone

La Suisse a quatre ans pour ne pas manquer le virage du réseau mobile 5G. Passé ce délai, la présidente de la Confédération Doris Leuthard a estimé vendredi à Genève que les entreprises risquent d'être pénalisées face aux enjeux de l'économie numérique.

Le rythme des aménagements des infrastructures sera décisif 'dans les prochaines années', a-t-elle dit, lors de l'assemblée générale de la faîtière economiesuisse. Elle en fait une priorité avec la formation continue, notamment des plus de 50 ans, pour préparer les entreprises à l'économie numérique. Si les Suisses doivent travailler plus longtemps, Mme Leuthard veut un pacte avec les syndicats pour un meilleur encadrement de ces personnes.

Mardi, economiesuisse avait appelé dans une étude à éviter de taxer la robotisation ou d'interdire Uber. L'organisation avait aussi exhorté à mieux encourager le libre développement des débits internet et la coopération entre l'économie et les hautes écoles. En janvier dernier, un rapport du Conseil fédéral partageait cet avis.

Pour la cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC), rien ne pourra être mis en oeuvre sans le prochain réseau mobile 5G. Les données qui circulent 'doublent presque chaque année', a ajouté Doris Leuthard. Sans de bonnes infrastructures pour la 5G, 'la Suisse ne fera jamais partie des chefs de file de la numérisation'.

Vaudois élu vice-président

Et de déplorer les craintes de certains parlementaires en raison d'éventuelles conséquences sur la santé. ' Il faut y arriver. Dans quatre ans, ce sera le plus gros problème', ajoute la présidente de la Confédération qui souligne l'importance de faciliter le cadre pour les entreprises, désireuses de s'adapter au numérique.

Autre pilier, la Suisse doit rattraper son retard sur l'identité électronique des citoyens. Berne souhaite aussi contribuer activement à la réglementation internationale pour garantir la sécurité des données échangées, dans le cadre de l'ONU. L'Office fédéral de la communication (OFCOM) travaille actuellement sur une 'Convention de Genève' dans ce domaine.

'Il est encore trop tôt' pour dire si celle-ci pourra être présentée en décembre prochain lors du Forum sur la gouvernance de l'internet à Genève, a précisé à l'ats la présidente de la Confédération.

Parmi les intervenants de l'assemblée de la faîtière, le conseiller national Fathi Derder (PLR/VD) a souhaité le lancement d'un poste de secrétaire d'Etat au numérique. Dans son discours, le président d'economiesuisse Heinz Karrer a lui notamment appelé les autorités à faire preuve de 'modération' sur la taxe CO2.

Reconduit, il sera épaulé par deux nouveaux vice-présidents, le président de la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie (CVCI) Bernard Rüeger et le président de scienceindustries Gottlieb Keller. La conseillère nationale Magdalena Martullo-Blocher (UDC/GR) entre au comité.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus