Economiesuisse, insatisfaite de la législature, prépare la suivante

Malgré le succès des partis bourgeois il y a quatre ans, economiesuisse tire un bilan négatif ...
Economiesuisse, insatisfaite de la législature, prépare la suivante

Economiesuisse, insatisfaite de la législature, prépare la suivante

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Malgré le succès des partis bourgeois il y a quatre ans, economiesuisse tire un bilan négatif de la législature qui s'achève. Pour la prochaine, la faîtière veut s'engager pour la numérisation de l'administration et une augmentation de l'âge de la retraite.

'D'autres pays ont progressé, la Suisse a stagné', a relevé mardi devant les médias à Berne Rudolf Minsch, économiste en chef d'economiesuisse. La Suisse a reculé dans les classements internationaux qui mesurent la compétitivité.

La faîtière de l'économie a analysé l'impact sur la place économique d'une centaine de décisions prises durant la législature en matière de politique économique. Beaucoup ont simplement maintenu le statu quo.

Le blocage des réformes dans le domaine de la prévoyance vieillesse ainsi que la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse ont constitué des évolutions négatives. La longue phase d'incertitude quant à la mise en oeuvre du texte a eu un impact négatif et l'obligation d'annonce qui en a découlé constitue une charge administrative trop importante pour les entreprises, écrit la faîtière.

Le glissement à droite n'a pas aidé

Deux domaines ont tout de même connu une évolution positive: la taille du marché qui s'est accrue grâce à la conclusion d'accords de libre-échange, et les compétences des travailleurs, concède economiesuisse.

La majorité bourgeoise n'est pas toujours parvenue à s'imposer, a répondu la directrice d'economiesuisse, Monika Rühl, interrogée sur la raison d'un bilan si négatif malgré le glissement à droite opéré il y a quatre ans. De plus, les partis aux deux pôles de l'échiquier ont parfois uni leurs forces.

L'organisation ne voit aucune faute de sa part, comme un manque de priorisation dans son lobbying. Il est important de couvrir tous les thèmes, a précisé Mme Rühl.

Augmentation de l'âge de la retraite

La faîtière voit plusieurs thèmes d'importance pour la prochaine législature. L'un d'eux est la numérisation de l'administration. Cela permet aux entreprises d'interagir plus efficacement avec les autorités.

Economiesuisse entend également s'engager pour un relèvement de l'âge de la retraite non seulement pour les femmes mais aussi pour tous les travailleurs. Sur sa liste de souhaits, l'organisation a aussi inscrit la libéralisation totale du marché de l'électricité, la suppression des droits de douane sur les produits industriels ou encore davantage d'accords de libre-échange. Elle combattra en revanche toute tentative d'harmonisation des taux d'imposition.

Selon M. Minsch, le thème 'climat' ne sera pas sur le devant de la scène. Economiesuisse part du principe que la révision de la loi sur le CO2 sera bientôt sous toit et n'occupera pas fortement le nouveau parlement.

Quant au papier de position sur le climat adopté par le PLR, parti traditionnellement proche des milieux économiques, economiesuisse en a pris connaissance. 'Cela reste un papier de position', a indiqué Mme Rühl, interrogée sur le sujet. Economiesuisse attend maintenant la concrétisation. M. Minsch a souligné les réductions d'émissions déjà obtenues dans le secteur industriel.

Sensibiliser les candidats

En vue des élections fédérales cet automne et de la prochaine législature, economiesuisse veut sensibiliser les candidats aux questions de politique économique. Pour ce faire, elle a créé une plateforme en ligne (www.elections.ch). Via un questionnaire, les intéressés peuvent donner leur avis sur les principales questions de politique économique de la législature à venir.

Une fois le questionnaire complété, ils reçoivent une évaluation de leur profil et des informations sur les thèmes abordés. Aucun classement ni recommandations de vote ne seront établis sur la base des réponses, précise economiesuisse.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus