First Republic Bank rachetée par JPMorgan

Les autorités américaines ont pris lundi le contrôle de la banque First Republic et en ont ...
First Republic Bank rachetée par JPMorgan

First Republic saisie par les autorités et revendue à JPMorgan

Photo: KEYSTONE/AP/Jeff Chiu

Les autorités américaines ont pris le contrôle de la banque régionale First Republic et en ont revendu la grande majorité à JPMorgan Chase. Elles ont acté ainsi la deuxième plus grosse faillite de l'histoire des Etats-Unis et espèrent mettre fin à la crise bancaire.

L'établissement était sous forte pression depuis les défaillances rapprochées de deux établissements au profil similaire, Silicon Valley Bank et Signature.

Mais First Republic n'est pas parvenu à trouver un plan de sauvetage satisfaisant et quand il a confirmé lundi dernier que de nombreux clients avaient retiré plus de 100 milliards de dollars de dépôts au premier trimestre, son action, déjà mal en point, a piqué du nez.

Les autorités, qui semblaient réticentes à venir à la rescousse d'une troisième banque en peu de temps, sont finalement montées au créneau lundi, sollicitant les offres d'établissements financiers avant de saisir officiellement First Republic.

Enorme faillite

Il s'agit de la deuxième plus grosse faillite bancaire de l'histoire des Etats-Unis après celle de Washington Mutual en 2008.

Les actifs de cette dernière avaient, eux aussi, été en grande partie acquis par JPMorgan qui, sous la houlette de son patron Jamie Dimon, a plusieurs fois secouru des établissements en difficulté.

Selon l'accord noué lundi, la plus grosse banque du pays va récupérer tous les dépôts de First Republic ainsi que presque tous ses actifs, tandis que ses agences pourront rouvrir lundi selon les modalités habituelles.

'Notre gouvernement nous a invités, ainsi que d'autres, à intervenir, et nous l'avons fait', a déclaré Jamie Dimon dans un communiqué. L'opération permet, selon lui, de 'minimiser les coûts' pour le fonds d'assurance-dépôts.

L'opération implique en effet que les prêts de First Republic doivent être réévaluées à la baisse et l'agence en charge de garantir les dépôts, la FDIC, a accepté d'assumer une partie de ces pertes. Cela va lui coûter environ 13 milliards de dollars, une somme qui proviendra des cotisations versées par les banques.

Elle prévoit aussi que JPMorgan verse 10,6 milliards de dollars à la FDIC.

Stabiliser le système

La procédure d'appel d'offres était 'très concurrentielle' et a abouti à une transaction 'conforme aux exigences de moindre coût', a assuré la FDIC.

'Les dépôts de tous les clients sont protégés, les actionnaires perdent leur mise et surtout, les contribuables ne sont pas sollicités', a souligné le président américain Joe Biden depuis la Maison Blanche. L'accord permet de 's'assurer que le système bancaire est sûr et solide', a-t-il assuré.

Jamie Dimon a estimé de son côté que l'opération allait 'aider à stabiliser le système'.

Les autorités et d'autres grandes banques étaient intervenues en mars pour éviter que First Republic ne connaisse le même sort que SVB et Signature, onze établissements financiers acceptant notamment d'y déposer au total 30 milliards de dollars, qui seront remboursés une fois la transaction finalisée.

Mais cela n'a pas suffi à rassurer.

First Republic, fondée en 1985 et basée à San Francisco, ne valait plus vendredi à la clôture que 654 millions de dollars en Bourse, contre plus de 20 milliards en début d'année.

Elle pouvait sembler attractive: elle était connue pour avoir une clientèle aisée, déposant des sommes importantes sur les comptes et remboursant bien les prêts.

Inquiets et échaudés

Mais nombre d'entre eux ont pris peur après les faillites de SVB et Signature. Et elle avait dans ses comptes nombre de prêts immobiliers et d'investissements à taux fixes, qui ont perdu mécaniquement de la valeur avec la récente hausse des taux d'intérêt.

Les observateurs étaient inquiets d'un risque de contagion après les défaillances de mars, qui ont aussi créé des remous outre-Atlantique et accéléré la chute de Credit Suisse.

Mais ces craintes se sont un peu apaisées après la publication ces deux dernières semaines par plusieurs banques de petite et moyenne taille de bilans financiers tenant la route.

'First Republic était identifiée comme une banque à problème dès mi-mars et l'annonce de sa fermeture ne constitue pas une nouvelle raison de s'inquiéter', avait estimé Nicolas Veron, économiste pour les centres de réflexion PIIE et Bruegel, avant l'officialisation de la faillite.

L'action de JPMorgan grimpait de 3% à la mi-séance à Wall Street.

'Nous ne cherchions pas cet accord mais il présente des avantages financiers et nous permet de nous renforcer sur le marché', notamment dans la gestion de patrimoine, a souligné lundi le directeur financier de JPMorgan, Jeremy Barnum.

/ATS
 

Actualités suivantes