Fribourg dit non à l'ouverture prolongée des magasins le samedi

Les Fribourgeois ne pourront pas effectuer leurs achats jusqu'à 17h00 le samedi, au lieu de ...
Fribourg dit non à l'ouverture prolongée des magasins le samedi

Fribourg dit non à l'ouverture prolongée des magasins le samedi

Photo: KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ

Les Fribourgeois ne pourront pas effectuer leurs achats jusqu'à 17h00 le samedi, au lieu de 16h00, dans les commerces du canton. Ils ont refusé dimanche une révision de loi, combattue par référendum par les syndicats et une grande partie de la gauche.

Le non l'a emporté assez nettement, enlevant tout suspense, avec 54,6% des voix contre 45,4% de oui, avec un taux de participation de 26,7%. Certains observateurs escomptaient un résultat bien plus serré.

Fribourg continuera en conséquence d'être le seul canton romand à connaître une fermeture des commerces à 16h00 le samedi, alors que les cantons voisins de Vaud, Neuchâtel et Berne offrent une ouverture allant jusqu'à 17h00 ou 18h00. En Suisse, Lucerne est le seul autre canton à connaître une clôture à 16h00.

Large sourire

Du côté des référendaires, on affichait un large sourire à l'Hôtel cantonal à Fribourg, grâce à un deuxième succès en dix ans sur le sujet (non à près de 58% en 2009). 'C'est une joie et un plaisir pour les salariés du commerce de détail', s'est réjoui Armand Jaquier, secrétaire régional d'Unia Fribourg et député socialiste au Grand Conseil.

'Le non est clair et c'est la confirmation que les Fribourgeoises et les Fribourgeois veulent de bonnes conditions de travail pour la branche', a précisé Armand Jaquier. Ce dernier y voit un signal plus général contre le 'consumérisme à tout va' qui règne dans un secteur où les salaires sont bas et les horaires souvent à l'appel.

CTT pour le secteur

Selon lui, le peuple fribourgeois a montré la voie à suivre, pour éviter le 'n'importe quoi'. Le syndicaliste a rappelé la revendication de voir émerger dans le canton une convention collective de travail (CCT) pour le secteur. Les référendaires voulaient aussi conserver au samedi soir son caractère social.

Pour les partis de droits, à l'origine de la modification de la loi sur l'exercice du commerce, la déception était de mise. Ils estimaient qu'une fermeture à 17h00 aurait permis de s'adapter aux changements des modes de vie et de donner un coup de pouce à des enseignes concurrencées par la vente en ligne.

Action nécessaire

Devant le Grand Conseil, en octobre, les motionnaires avaient parlé 'd'une petite adaptation et pas d'une révolution'. Dimanche, le député et conseiller communal PDC de la ville de Fribourg Laurent Dietrich, l'un des deux motionnaires, a répété qu'il faudra bien faire quelque chose à un moment donné pour le commerce de détail.

Des regrets se faisaient aussi jour du côté de l’Association des commerçants du canton de Fribourg, qui s'était engagée en faveur d'une heure d'ouverture supplémentaire le samedi. Lancé par les syndicats Unia et Syna, le référendum, déposé à fin janvier, avait recueilli près de 9000 signatures valides, alors que 6000 étaient nécessaires.

/ATS
 

Actualités suivantes