Genève célébrera en 2019 multilatéralisme et Conventions de Genève

La fin de la Première Guerre Mondiale a abouti au début du multilatéralisme avec le lancement ...
Genève célébrera en 2019 multilatéralisme et Conventions de Genève

Genève célébrera en 2019 multilatéralisme et Conventions de Genève

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

La fin de la Première Guerre Mondiale a abouti au début du multilatéralisme avec le lancement de l'Organisation internationale du travail (OIT) à Genève. En 2019, ce centenaire sera célébré, tout comme les 70 ans des Conventions de Genève sur les lois de la guerre.

Il y a 100 ans, le marché du travail avait été considéré comme l'une des clés pour éviter un nouveau conflit. Autre volonté alors, les gouvernements appelaient déjà à une 'action urgente' sur le décalage des salaires entre hommes et femmes.

Du 10 au 21 juin, une grande Conférence du centenaire de l'OIT sera présidée par l'ambassadeur suisse Jean-Jacques Elmiger. L'institution souhaite la participation d'un nombre record de chefs d'Etat et de gouvernement.

Plus ancienne entité de l'ONU, l'OIT 'a été la pierre angulaire du développement de la Genève internationale au XXe siècle', a dit à Keystone-ATS M. Elmiger. Il voit dans ce centenaire l'occasion de souligner l'importance de cette organisation pour la Suisse et pour Genève. Outre la présidence de la conférence, le Conseil fédéral souhaite aussi utiliser cet anniversaire pour défendre le partenariat social en Suisse et diffuser le rôle de l'OIT, notamment au travers d'une exposition.

En juin, les Etats membres devront se pencher sur le rapport sur l'avenir du monde du travail qui doit être présenté fin janvier par le président sud-africain Cyril Ramaphosa et le Premier ministre suédois Stefan Löfven. 'L'avenir du travail peut être celui que nous voulons', celui des emplois décents et durables pour tous 'tout en préservant notre environnement', s'il est prévu de manière adaptée, estime le directeur général de l'OIT Guy Ryder.

Convention sur le harcèlement au travail

La mise en oeuvre de l'accord sur le climat et une économie circulaire pourraient aboutir au lancement de quelque 25 millions de nouveaux emplois.

Les Etats vont surtout négocier une Convention contraignante sur la violence et le harcèlement au travail. La Suisse a des réserves sur l'applicabilité de cet accord aux déplacements depuis ou vers le site de travail ou encore aux courriels professionnels reçus en dehors du bureau.

Mais également sur sa mise en oeuvre pour les chômeurs. Le problème du harcèlement 'est trop énorme pour que nous échouions', estime de son côté M. Ryder.

Mais le centenaire du multilatéralisme ne constituera pas le seul anniversaire d'importance en 2019 à Genève. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) va célébrer les 70 ans du droit international humanitaire (DIH) dont les Conventions de Genève ont été établies après la Seconde Guerre mondiale.

Divisés sur un mécanisme

Les célébrations 'sont en cours de finalisation', selon l'institution. Lorsque les règles des Conventions sont appliquées, elles 'préservent notre humanité', relève le président du CICR Peter Maurer. Même si 'beaucoup trop de violations' du DIH sont encore observées, ce droit s'est renforcé ces dernières années, ajoute-t-il.

Le monde est scandalisé par les assauts dans les conflits contre les centres de santé notamment. Le DIH doit rester au centre de la société au-delà des divisions politiques, ajoute M. Maurer.

Avec le reste du Mouvement de la Croix-Rouge, l'organisation doit se réunir aussi fin 2019 à Genève comme tous les 4 ans. Selon des sources convergentes, les discussions portées par la Suisse pour un mécanisme de conformité au DIH sont toujours bloquées. Le CICR évalue aussi si les Conventions de Genève sont adaptées au nouvel environnement technologique ou si des réaménagements devront être lancés.

/ATS
 

Actualités suivantes