Il faut encourager les seniors à isoler leur logement

Il existe un potentiel considérable pour motiver les personnes âgées à réduire la consommation ...
Il faut encourager les seniors à isoler leur logement

Il faut encourager les seniors à isoler leur logement

Photo: KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

Il existe un potentiel considérable pour motiver les personnes âgées à réduire la consommation d’énergie de leur logement. Des chercheurs soutenus par le FNS suggèrent que les plus de 60 ans puissent plus facilement contracter des hypothèques dans ce but.

'Nous avons voulu savoir quel était le potentiel réel et ce qui incitait les personnes âgées à optimiser la consommation d’énergie de leur logement ou les en empêchait', indique Heinz Rütter, responsable de ce projet de recherche, cité mercredi dans un communiqué du Fonds national suisse (FNS).

Les chercheurs ont mené des entretiens avec des propriétaires de maisons et d’appartements, des locataires, des investisseurs, des exploitants et des gérances immobilières. Trois stratégies d’économie d’énergie ont pu être mises en lumière: rénovations énergétiques, densification et déménagement dans un logement plus petit.

La densification du bâti (appartement indépendant dans la maison, pièce supplémentaire) et la sous-location sont des moyens pour mieux exploiter l'habitat et obtenir une valeur ajoutée et/ou un supplément de revenus, souligne le FNS. Cela tout en augmentant le confort et en réduisant l'énergie grise. Une partie des personnes interrogées invoque aussi des raisons sociales pour vouloir partager un logement devenu trop grand.

Toutefois, une enquête représentative effectuée auprès de la population de plus de 55 ans a révélé que seuls 15% des propriétaires de maisons individuelles prévoient un changement dans les cinq années à venir, tandis que 54% l’envisagent à long terme. Parmi les propriétaires d’appartements, ces chiffres sont respectivement de 8% et 47%.

Rôle secondaire des subventions

Ce travail réalisé dans le cadre du Programme national de recherche 'Gérer la consommation d’énergie' (PNR 71) a aussi montré que les subventions publiques ne jouent qu’un rôle secondaire dans la décision de rénover ou de densifier le bâti. De nombreuses personnes reculent devant des investissements aussi importants ou s’interrogent sur la rentabilité de telles opérations.

Pour les propriétaires de maisons en particulier, le financement d’une rénovation en augmentant l’hypothèque ou par une nouvelle hypothèque est par ailleurs problématique. Avec un taux d’intérêt théorique de 5% appliqué par les banques, beaucoup ne sont pas en mesure de garantir la capacité d’emprunt avant même d’être à la retraite.

'C’est paradoxal: les jeunes sont trop jeunes pour obtenir une hypothèque afin d’augmenter l’efficacité énergétique de leur logement, et il est trop tard pour les personnes âgées', commente Thomas Ammann, de l’Association suisse des propriétaires fonciers.

Incitations supplémentaires

Pour lui, le secteur financier et les instances politiques doivent s’impliquer si l’on veut exploiter le potentiel des logements anciens. Heinz Rütter note de même que 'les institutions hésitent beaucoup à se saisir de la question'.

Il s'agirait donc d'innover et adapter le système existant, sans coûts excessifs pour la société, afin que les plus de 60 ans puissent encore contracter une hypothèque pour des rénovations énergétiques et une densification de leur logement. Il serait également utile d’offrir des incitations supplémentaires dans les lois sur la construction.

Toutefois, les incitations économiques ne suffisent pas à faciliter les choix individuels: elles doivent être complétées par une approche liée aux valeurs (protection de l’environnement et du climat, responsabilité sociale) ainsi que par des offres d’information et de conseils complètes, selon les chercheurs.

Deux projets de recherche

Les 19 projets de recherche du PNR 71 visent à dégager des solutions concrètes qui serviront aux discussions sur la réalisation de la transition énergétique au niveau social en ce qui concerne la demande.

Le programme développe et expérimente des mesures de pilotage, d'acceptation et de communication qui permettent de tirer parti de ces potentiels dans les ménages, les entreprises, les services publics et les transports. Du fait de leurs nombreuses interactions, le PNR 71 et le PNR 70 'Virage énergétique', menés en parallèle, sont étroitement coordonnés.

/ATS
 

Actualités suivantes