Julius Bär: la masse sous gestion se contracte après dix mois

Le gestionnaire de fortune Julius Bär a vu sa masse sous gestion se contracter au terme des ...
Julius Bär: la masse sous gestion se contracte après dix mois

Julius Bär: la masse sous gestion se contracte après dix mois

Photo: KEYSTONE/ENNIO LEANZA

Le gestionnaire de fortune Julius Bär a vu sa masse sous gestion se contracter au terme des dix premiers mois de 2023, malgré une accélération des afflux d'argent nouveau.

Le groupe zurichois ne s'attend pas à réitérer la solide performance de l'année dernière au niveau du bénéfice net.

Fin octobre, l'établissement affichait une masse sous gestion de 435 milliards de francs, à comparer aux 441 milliards enregistrés fin juin, a-t-il annoncé lundi dans un communiqué.

Les afflux nets d'argent nouveau s'établissaient quant à eux à 10,3 milliards fin octobre, contre 7,1 milliards fin juin, soutenus par le recrutement de nouveaux conseillers clientèle. Julius Bär a enregistré des entrées d'argent importantes en provenance d'Europe de l'ouest, d'Asie (Hong Kong et Japon), du Moyen-Orient (Emirats arabes unis essentiellement) et d'Israël.

La marge brute a reculé pour s'établir à un niveau 'supérieur à 89 points de base (pb)', après 93 pb fin juin. Le rapport entre les coûts et les revenus s'est dégradé à 68%, après un niveau 'juste supérieur à 66%' fin juin. Ce repli a notamment été expliqué par la campagne de recrutement 'de candidats de haut niveau dans les marchés clés'.

Alors que la masse sous gestion est conforme aux attentes des analystes consultés par l'agence AWP, la marge brute et le ratio coûts-revenus les manquent.

Provisions sur crédits

La direction a averti qu'elle tablait sur un résultat net annuel inférieur à celui enregistré en 2022, année où elle avait inscrit un bénéfice net (IFRS) de 950 millions de francs, en raison d'une hausse des provisions sur crédits de 82 millions et une augmentation du taux d'imposition.

Fin juillet, la direction disait encore tabler pour l'ensemble de 2023 sur une marge brute entre 93 et 94 pb. Sur les dix premiers mois de l'année, la banque a recruté 75 nouveaux conseillers clientèle, sur la centaine qu'elle compte embaucher cette année. Elle dispose pour cela 'de candidats prometteurs'.

D'ici 2025, la banque zurichoise escompte par ailleurs une marge avant impôts ajustée de 31 pb et un ratio coûts-revenus inférieur à 64%. La croissance du bénéfice avant impôts ajusté devrait dépasser les 10% entre 2023 et 2025, période pendant laquelle le rendement des fonds propres est attendu au-dessus de 30%.

Julius Bär veut également réaliser 120 millions de francs d'économies brutes d'ici 2025, notamment en rationalisant sa présence géographique, en améliorant son efficacité et en optimisant son organisation. La réduction des coûts doit favoriser un investissement de 400 millions de francs dans la technologie entre 2023 et 2025.

/ATS
 

Actualités suivantes