L'OCDE optimiste pour les perspectives de croissance de la Suisse

L'OCDE est optimiste pour la croissance économique de la Suisse, estimant que le pays est parvenu ...
L'OCDE optimiste pour les perspectives de croissance de la Suisse

L'OCDE optimiste pour les perspectives de croissance de la Suisse

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

L'OCDE est optimiste pour la croissance économique de la Suisse, estimant que le pays est parvenu à surmonter la pandémie de coronavirus sans trop de dégâts.

Des risques subsistent cependant dans les secteurs financier et de l'immobilier. La Confédération peut mieux faire en matière d'environnement et de parité, a estimé l'institution internationale.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a nettement revu à la hausse ses prévisions de croissance pour la Suisse dans sa nouvelle étude économique sur le pays. Elle anticipe désormais un produit intérieur brut (PIB) en progression de 3,5% en 2021, contre +2,9% dans ses précédentes estimations. En 2020, la croissance avait chuté de 2,6% sous l'impact de la pandémie.

L'institution a par contre laissé inchangées ses projections pour 2022 à +3,0% et table désormais pour l'année suivante sur +1,8%.

'Les principales restrictions imposées à la vie économique ont en grande partie été levées au cours de l'année 2021, stimulant l'activité économique', a résumé l'OCDE dans son étude.

Cette dernière cite des entreprises compétitives à l'international, une main-d'oeuvre hautement qualifiée et le poids relativement modeste des activités d'hébergement et de loisirs dans l'ensemble de l'activité comme facteurs ayant contribué à atténuer les retombées négatives de la pandémie de coronavirus.

'L'économie suisse a fait preuve d'une forte résilience durant la pandémie', a estimé le secrétaire général de l'OCDE, Mathias Cormann, lors d'une conférence de presse. Selon ce dernier, le PIB helvétique a déjà renoué avec ses niveaux d'avant la crise pandémique au premier semestre 2021. Mais améliorer le taux de vaccination de la population 'demeure une très importante priorité afin d'assurer une solide reprise', a-t-il souligné.

L'inflation devrait également rester contenue. Après une progression de 0,6% en 2021, le renchérissement des prix à la consommation devrait monter à 1,1% cette année, avant de refluer à 0,8% la suivante. On est bien loin des 5,4% sur un an enregistrés en décembre au Royaume-Uni et des 5% dans la zone euro.

Tourisme et événementiel durement touchés

Le ministre de l'économie Guy Parmelin a pour sa part souligné que les mesures prises par la Suisse, notamment avec les indemnités en cas de réduction de l'horaire de travail, se sont traduites 'par un ralentissement économique moins important en comparaison avec d'autres pays de l'OCDE'.

'Il est réjouissant d'entendre que nous avons su prendre les bonnes décisions, mais il est clair que la crise n'est malheureusement pas encore terminée, la vague actuelle et le nouveau variant du virus l'ont bien montré', a averti le conseiller fédéral.

Le chef du Département de l'économie, de la formation et de la recherche a noté que 'certains domaines et entreprises ont été beaucoup plus touchés par la crise que d'autres' comme le tourisme et l'événementiel. 'Le défi consiste maintenant à continuer à soutenir les branches fortement touchées par la crise et les groupes de personnes vulnérables, sans pour autant retarder les changements structurels de l'économie', a-t-il ajouté.

Le Conseil fédéral a ainsi mis en place un programme de relance pour le tourisme et a temporairement étendu la promotion de l'innovation pour les PME.

Important écart de salaires

Des risques subsistent cependant, notamment dans le secteur financier. Pour l'OCDE, 'le caractère approprié des volants de fonds propres et de liquidités du système financier suisse ont contribué à la stabilité', mais 'plusieurs institutions prises individuellement risquent de voir leurs fonds propres s'épuiser en cas de choc négatif'.

Les économistes craignent que 'des défauts de paiement et des corrections de marché puissent se concrétiser plus tard (...), lorsque les aides massives des pouvoirs publics, en Suisse et à l'étranger, auront été supprimées'.

Quant au marché immobilier résidentiel, les déséquilibres ont continué de s'y accumuler.

Hormis l'économie, l'OCDE s'est également intéressée à d'autres sujets. Elle estime ainsi qu'en matière de réduction des gaz à effet de serre, la Suisse 'n'a pas encore adopté des mesures suffisantes pour y parvenir', bien qu'elle se soit fixé l'objectif de réduire à zéro ses émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici 2050.

L'écart 'considérable' de rémunération entre hommes et femmes constitue également une préoccupation.

/ATS
 

Actualités suivantes