L'UE veut une intelligence artificielle « responsable » et maîtrisée

La présidente de la Commission européenne a présenté mercredi la stratégie de l'UE sur le secteur ...
L'UE veut une intelligence artificielle « responsable » et maîtrisée

L'UE veut une intelligence artificielle

Photo: KEYSTONE/EPA/OLIVIER HOSLET

La présidente de la Commission européenne a présenté mercredi la stratégie de l'UE sur le secteur hautement stratégique et sensible de l'intelligence artificielle. Ursula von der Leyen souhaite que cette dernière soit 'responsable' et maîtrisée par l'humain.

L'exécutif européen a dévoilé un plan de bataille dans le secteur des données pour rattraper son retard sur les États-Unis et la Chine, grands gagnants pour l'instant de l'ère du numérique.

Consciente d'être passée à côté de la première révolution internet, qui a vu l'émergence des géants américains, comme Google et Facebook, ou chinois tels Tencent, l'UE tient désormais à jouer un rôle central dans la définition des règles et la promotion de ses propres champions. Avec cet objectif en tête, la Commission européenne a présenté son 'livre blanc' sur l'intelligence artificielle avec des pistes d'actions.

Gagner la bataille des données

'Nous voulons que l'application de ces nouvelles technologies soit digne de la confiance de nos citoyens (...) Nous encourageons une approche responsable de l'intelligence artificielle centrée sur l'homme', a dit Mme von der Leyen lors d'un point presse.

'L'intelligence artificielle n'est ni bonne ni mauvaise en soi : tout dépend du pourquoi et du comment elle est utilisée', a insisté la vice-présidente de la Commission, Margrethe Vestager.

'Nous avons tout en Europe pour gagner la bataille des données' industrielles, au coeur de l'intelligence artificielle, a souligné le commissaire chargé de l'industrie, le Français Thierry Breton, lors du point de presse.

Après une consultation jusqu'au 19 mai de tous les acteurs - entreprises, syndicats, société civile, les gouvernements des 27 Etats membres -, elle espère faire des propositions législatives à la fin de l'année.

/ATS