L'édition 2022 du Salon de l'auto reportée à l'année suivante

L'édition 2022 du Salon de l'auto de Genève, agendée du 19 au 27 février prochain, n'aura finalement ...
L'édition 2022 du Salon de l'auto reportée à l'année suivante

L'édition 2022 du Salon de l'auto reportée à l'année suivante

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

L'édition 2022 du Salon de l'auto de Genève, agendée du 19 au 27 février prochain, n'aura finalement pas lieu. Une semaine après avoir donné le feu vert à la manifestation, la direction du Geneva international Motor Show (GIMS) a décidé de la reporter à 2023.

Cette décision a été prise en raison de la situation difficile qu'affronte actuellement l'industrie automobile, a indiqué jeudi à AWP, son directeur, Sandro Mesquita, confirmant une information de Radio Lac.

Le report reflète une situation conjoncturelle difficile pour les constructeurs automobiles, ceux-ci ayant vu s'ajouter aux difficultés liées à la pandémie de coronavirus celles consécutives à la livraison de composants électronique, laquelle pénalise la production et donc les livraisons de véhicules, a expliqué M. Mesquita. Dans de telles conditions, il devient difficile de présenter de nouveaux modèles, alors que leur disponibilité ne peut pas être assurée.

La crise des puces risque de se prolonger l'année prochaine, avec des conséquences financières négatives pour les équipementiers, poursuit le GIMS dans un communiqué. En ces temps incertains, de nombreuses marques ne sont donc pas en mesure de s'engager à participer à un salon qui aurait eu lieu dans un peu plus de quatre mois. En considérant tous les facteurs, il est devenu évident qu'il était nécessaire de reporter le salon, et d'annoncer la nouvelle le plus tôt possible pour éviter une annulation au pied levé.

L'évolution a conduit plusieurs exposants à renoncer à participer au salon de l'auto en 2022. D'autre part, des marques importantes n'étaient pas disposées à participer, selon M. Mesquita. Ce revirement intervient alors que le conseil de fondation avait donné la semaine dernière son feu vert à l'édition 2022, après les annulations intervenues en 2020 et 2021 en raison de la pandémie de Covid-19.

Absents de marque

Vendredi dernier, M. Mesquita avait évoqué une décision 'entrepreneuriale courageuse', prise dans un 'contexte fragile' en raison de la persistance de la pandémie et des difficultés auxquelles fait face l'industrie automobile. La direction avait fait part de 60 inscriptions, dont Audi, Renault, Skoda, Seat et KIA. Toutefois, de grands noms manquaient à l'appel, comme par exemple les marques de Stellantis, le groupe qui réunit les marques Peugeot, Citroën, Opel, Fiat, Alfa Romeo ou encore Maserati.

Pour l'édition 2022 de ce rendez-vous majeur du secteur, qui rassemble habituellement plus de 600'000 personnes, les organisateurs attendaient une fréquentation réduite de moitié, avait récemment indiqué M. Mesquita. Un scénario qui tenait compte des précautions liées à la pandémie, limitant l'accès aux personnes vaccinées, testées ou guéries, et imposant une jauge de 10'000 personnes en même temps dans les halles de Palexpo, à Genève.

Comme la plupart des grands événements publics à travers le monde, l'édition 2020 du salon avait été annulée à la dernière minute en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19. Le salon de 2021 a également été annulé, les marques ne souhaitant pas s'engager dans un contexte incertain.

Difficultés financières et tensions

En difficulté financière, la direction du GIMS a trouvé un nouvel équilibre avec la création d'une nouvelle manifestation prévue au Qatar, dont la première édition devrait avoir lieu à l'automne 2022 ou 2023. L'investissement des Qataris n'a pas dépassé la somme de 17 millions de francs que cherchait le conseil de fondation suite à l'éclatement de la crise sanitaire et à l'annulation de l'édition 2020 du Salon de l'auto.

Après de fortes tensions entre les organisateurs du Salon et la société Palexpo, à un moment pressentie pour reprendre le GIMS, les relations sont reparties sur des bases 'saines', avait assuré Sandro Mesquita. Un départ de Genève a été envisagé, une piste cependant abandonnée, car considérée comme une 'mauvaise idée'.

/ATS