L'industrie n'a pas encore digéré le choc du franc fort

Deux ans après l'abolition du taux plancher de l'euro par la Banque nationale suisse (BNS) ...
L'industrie n'a pas encore digéré le choc du franc fort

L'industrie n'a pas encore digéré le choc du franc fort

Photo: Keystone

Deux ans après l'abolition du taux plancher de l'euro par la Banque nationale suisse (BNS), 55% des entreprises industrielles n'ont pas encore surmonté les conséquences de cet abandon. Les firmes veulent mettre en place des mesures pour en contrer les effets.

Trois sociétés interrogées sur quatre par la société de conseil Staufen.Inova décrivent la décision de l'institut d'émission comme une malédiction pour leurs affaires.

'L'appréciation du franc qui s'en est suivie a eu un plus grand impact que prévu. Et le processus d'ajustement n'est toujours pas terminé', souligne mardi Jürg Hodel, directeur général de Staufen.Inova qui a mené une étude sur le sujet.

Les groupes industriels prévoient un certain nombre de mesures pour contrer les effets du franc fort. Ainsi, 71% des entreprises questionnées souhaitent mettre en place, en 2017, des instruments pour accroître leur efficacité et la moitié d'entre elles désirent procéder à des réductions de dépenses sur leurs achats. Une firme sur trois envisage par ailleurs de délocaliser une partie de sa production à l'étranger.

Ces trois mesures ont déjà fait leurs preuves ces deux dernières années, selon les sociétés interrogées. Huit groupes sur 10 qui ont déjà pris de telles résolutions se montrent satisfaits. Et 95% des entreprises questionnées considèrent comme important d'améliorer leurs processus de production.

Confiance de mise

Concernant les perspectives pour 2017, quatre firmes sur dix se montrent optimistes et pensent que cette année sera synonyme de succès. Elles tablent sur la reprise économique en Europe et un dollar fort pour améliorer leurs chiffres. Seules 15% des entreprises de l'industrie anticipent une détérioration de leurs affaires.

Pour parvenir à de telles conclusions, Staufen.Inova a interrogé 180 groupes industriels. La société de conseil a procédé à ce sondage en décembre 2016.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes