La Banque du Japon laisse sa politique monétaire inchangée

La Banque du Japon (BoJ) a laissé jeudi inchangée sa politique monétaire ultra-accommodante ...
La Banque du Japon laisse sa politique monétaire inchangée

La Banque du Japon laisse sa politique monétaire inchangée

Photo: KEYSTONE/EPA/FRANCK ROBICHON

La Banque du Japon (BoJ) a laissé jeudi inchangée sa politique monétaire ultra-accommodante, conformément aux attentes de la plupart des économistes. Mais l'institut d'émission nippon a sensiblement relevé ses prévisions d'inflation pour le pays.

La BoJ mise désormais sur une hausse des prix à la consommation hors produits frais de 2,3% sur l'exercice 2022/23 entamé le 1er avril (en valeur médiane, contre une prévision précédente de 1,9%), et de 1,4% en 2023/24 (contre 1,1% précédemment), selon un communiqué. L'objectif de la banque centrale nippone d'une inflation hors produits frais de 2% devrait donc être atteint sur l'exercice en cours.

Mais l'institution a déjà maintes fois expliqué ces derniers mois qu'elle ne durcirait pas sa politique monétaire pour autant, car l'inflation actuelle au Japon est surtout tirée par la flambée des prix de l'énergie, un facteur exogène et temporaire d'après la BoJ. En excluant également ceux-ci, l'inflation nippone devrait ainsi se limiter à 1,3% en 2022/23 (contre 0,9% auparavant) et à 1,4% en 2023/24, prévoit l'institution.

La BoJ a abaissé jeudi à 2,4% sa prévision de croissance du PIB nippon en 2022/23, contre 2,9% lors de sa dernière anticipation en avril, mais a relevé de 0,1 point sa perspective de croissance pour 2023/24, à 2%. De nombreux vents contraires pèsent sur l'économie japonaise, comme l'impact de la guerre en Ukraine sur les prix énergétiques et alimentaires, les risques de récession aux Etats-Unis et en Europe, la vive résurgence actuelle du Covid-19 dans l'archipel ou encore les perturbations persistantes des chaînes d'approvisionnement dans l'industrie.

Le yen est par ailleurs en chute libre face au dollar depuis plusieurs mois, un phénomène lié notamment au décalage grandissant entre les politiques monétaires au Japon et aux Etats-Unis, et qui renchérit encore les importations nippones. D'un autre côté, cette tendance de change est généralement plutôt favorable pour les grandes entreprises japonaises, en gonflant leurs profits générés à l'étranger une fois convertis en yen.

La BoJ s'est d'ailleurs contentée jeudi de mentionner dans son communiqué qu'il était 'nécessaire d'accorder une attention particulière' aux fluctuations sur le marché des changes, comme à l'issue de sa précédente réunion en juin.

/ATS
 

Articles les plus lus