Affolement et chute des bourses asiatiques après Wall Street

Les bourses asiatiques ont plongé vendredi à l'ouverture, après une nouvelle chute la veille ...
Affolement et chute des bourses asiatiques après Wall Street

Affolement et chute des bourses asiatiques après Wall Street

Photo: KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHER JUE

Les bourses asiatiques ont plongé vendredi à l'ouverture, après une nouvelle chute la veille de Wall Street où l'indice Dow Jones a dévissé de 4,15%. A Tokyo, le Nikkei 225 perdait 3,22% dans les premiers échanges, alors que Shanghai lâchait 5,47% et Hong Kong 4,23%.

A la Bourse de Shenzhen, l'indice composite perdait 3,48% à 1674,18 points.

Quelques heures auparavant, la Bourse de New York, après plusieurs séances tumultueuses, a de nouveau été saisie par une grande fébrilité, faisant chuter ses indices vedettes de plus de 10% depuis les sommets atteints fin janvier. Le Dow Jones Industrial Average, qui regroupe 30 grands noms de Wall Street, a perdu 4,15%, soit plus de 1000 points.

Depuis son record le 26 janvier, il a abandonné 10,35%. Le S&P 500, qui regroupe les 500 plus grandes entreprises cotées aux Etats-Unis, a de son côté reculé de 3,75%. Il a aussi dégringolé de 10,16% depuis son dernier record fin janvier.

Remontée du taux d'emprunt

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lui lâché 3,90%. 'Les vendeurs ont clairement pris les manettes. Toute l'ébullition que l'on a vu en janvier est désormais effacée', a remarqué Adam Sarhan, gérant de portefeuille à 50 Park Investment. 'Le marché cherche une direction. Et tant que rien ne change, la tendance est à la baisse'.

La déroute de Wall Street a été déclenchée la semaine dernière par une montée rapide du taux d'emprunt à dix ans des Etats-Unis. Après plusieurs mois d'euphorie boursière et sur fond d'amélioration de l'économie, les investisseurs se sont soudainement inquiétés d'une possible accélération de l'inflation et d'une remontée plus rapide que prévu des taux d'intérêt de la banque centrale américaine.

Cette évolution rend plus cher le coût des emprunts aussi bien pour les entreprises que pour les investisseurs et offre aux courtiers un placement désormais un peu plus rémunérateur et moins risqué que les actions.

/ATS