La Suisse retrouvera son niveau d'avant-crise au 3e trimestre

Les économistes de l'institut KOF sont optimistes concernant la conjoncture helvétique. Ils ...
La Suisse retrouvera son niveau d'avant-crise au 3e trimestre

La Suisse retrouvera son niveau d'avant-crise au 3e trimestre

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Les économistes de l'institut KOF sont optimistes concernant la conjoncture helvétique. Ils anticipent un rebond du produit intérieur brut (PIB) à partir d'avril , lequel devrait se poursuivre l'année prochaine.

Les dépenses des ménages et les investissements publics devraient porter ce rebond, indique jeudi le KOF. L'économie suisse devrait retrouver son niveau d'avant-crise au troisième trimestre.

Les prévisionnistes de l'institut rattaché à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich s'attendent désormais, dans leur scénario de base, à un PIB en progression de 3,0% en 2020, nettement mieux que les 2,1% jusqu'à présent attendus.

Mais dans l'immédiat, la croissance économique devrait avoir été négative au premier trimestre, le secteur de la restauration étant particulièrement touché par la pandémie de coronavirus. L'industrie a par contre mieux résisté et devrait avoir augmenté sa production entre janvier et mars.

Des signes de reprise sont déjà perceptibles en Asie et aux Etats-Unis, mais la Suisse devrait encore pâtir des difficultés que traverse la zone euro.

Les spécialistes du KOF soulignent que les disparités s'avèrent importantes entre les différents secteurs d'activité. Cependant, l'impact de la deuxième vague pandémique sur l'économie helvétique s'est révélé moins sévère qu'attendu initialement.

Un rebond généralisé doit intervenir à partir du deuxième trimestre et se prolonger l'année suivante, le KOF anticipant une croissance de 2,8% en 2022, soit un relèvement d'un point de pourcentage par rapport aux dernières prévisions.

La consommation privée devrait retrouver son niveau d'avant-crise avant la fin de l'année. Les mesures des autorités pour soutenir la conjoncture vont également soutenir la reprise escomptée, selon l'institut zurichois. L'incertitude demeure quant à la volonté des entreprises à investir sur les six premiers mois de l'année. Les économistes tablent en revanche sur une augmentation des investissements en équipement au deuxième semestre, ainsi qu'une reprise du commerce extérieur suisse dans les biens et les services.

Malgré la reprise conjoncturelle et les craintes inflationnistes au niveau mondial, le KOF ne s'attend pas à une flambée des prix. L'inflation devrait à peine atteindre 0,3% cette année et 0,4% la suivante. La dette de l'Etat, mesurée au PIB, devrait légèrement dépasser la barre des 30%, soit le niveau d'endettement d'il y a dix ans.

Le scénario de base du KOF repose sur une bonne évolution des campagnes de vaccination à l'échelle globale et les programmes de relance économique qui vont les accompagner, précise le communiqué. L'institut a également échafaudé un scénario négatif, qui implique une progression du PIB suisse de 2,4% en 2021 dans un contexte de croissance mondiale atone.

/ATS
 

Actualités suivantes