La directrice de H+ caresse l'idée d'une caisse maladie unique

La directrice de l'association faîtière des hôpitaux H+, Anne-Geneviève Bütikofer, ouvre la ...
La directrice de H+ caresse l'idée d'une caisse maladie unique

La directrice de H+ caresse l'idée d'une caisse maladie unique

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

La directrice de l'association faîtière des hôpitaux H+, Anne-Geneviève Bütikofer, ouvre la porte à une caisse maladie unique. 'La pression de la souffrance est tellement grande qu'une révolution semble inéluctable', lâche-t-elle.

Une caisse maladie unique n'est peut-être pas la bonne solution, 'mais elle vaut la peine d'être envisagée', déclare Mme Bütikofer dans un entretien diffusé dimanche par le SonntagsBlick. 'Si 2,5 millions de personnes changent de caisse chaque année, avec des coûts de 800 à 1000 francs par changement, nous avons déjà trouvé notre potentiel d'économies de plusieurs milliards. Les réflexions autour de la caisse unique sont donc légitimes'.

Dans une prise de position obtenue par Keystone-ATS, H+ précise toutefois ne pas demander la caisse unique, mais une discussion sur le financement du système de santé. 'Dans le cadre de ces réflexions, toutes les options devraient être examinées sans œillères', ajoute la faîtière.

Financement des soins

Malgré les coûts élevés de la santé pour la population,'nous demandons une augmentation de 5% de tous les tarifs' hospitaliers, indique la responsable de H+. 'Le renchérissement doit enfin être pris en compte'.

Mais, selon elle, ces hausses ne devraient pas se répercuter sur les primes de l'assurance maladie. 'Je pose la question de savoir si, dans le système, nous finançons les bonnes choses avec les bonnes sources de financement'.

La discussion menée jusqu'à présent sur la maîtrise des coûts dans le secteur de la santé n'est 'qu'un emplâtre sur une jambe de bois', poursuit Mme Bütikofer. Elle appelle à parler du financement des soins de santé.

'Aujourd'hui, toutes les prestations hospitalières sont financées par l'assurance maladie obligatoire', ajoute-t-elle, soulignant qu'il n'y a ainsi pas de sources de rémunération supplémentaires pour les nouvelles dépenses.

/ATS