La rupture d'une roue est bien la cause du déraillement au Gothard

C'est bien le bris d'une roue qui est à l'origine du déraillement d'un train de marchandises ...
La rupture d'une roue est bien la cause du déraillement au Gothard

La rupture d'une roue est bien la cause du déraillement au Gothard

Photo: KEYSTONE/SBB

C'est bien le bris d'une roue qui est à l'origine du déraillement d'un train de marchandises dans le tunnel du Gothard, le 10 août dernier, confirme le Service suisse d'enquête de sécurité (Sese). Des fissures dues à l'usure du métal en sont la cause.

Dans son rapport d'enquête intermédiaire publié jeudi, le Sese corrobore les premières hypothèses avancées après l'accident. Une usure à l'origine du bris de la bande de roulement d'une roue a été constatée, que les protocoles de contrôle en place n'avaient pas pu déceler.

Les enquêteurs n'ont pas relevé d'indices d'une défaillance au niveau de l'exploitation. Les contrôles techniques peuvent difficilement déceler des fissures, tout dépend de leur importance, observe le rapport. En outre, ce type d'usure ne peut être constaté que sur la partie visible des roues.

Le scénario rappelle celui à l'origine d'une alerte de sécurité lancée par les autorités de surveillance belge et italienne en 2017, note le Sese. Plusieurs bris et fissures avaient alors été constatés sur des roues du même type d'un train de marchandises.

La Sese a demandé qu'un groupe d'experts européens se penche sur ce type de roue, indique le chef du domaine rail et navigation du service d'enquête Christoph Kupper vendredi dans les titres alémaniques du groupe Tamedia. Ces roues sont utilisées dans toute l'Europe. 'Il ne sert donc à rien de s'en occuper uniquement en Suisse', dit-il.

En cascade

Le wagon qui a déraillé dans un des deux tubes du tunnel de base du Gothard appartenait à une entreprise zougoise et était en onzième position dans la composition du train. Un fragment du disque d'une roue s'est cassé une dizaine de kilomètres après l'entrée dans le tunnel, provoquant d'autres bris et fragments. La roue a été désaxée, et le dernier fragment s'est détaché 17 km après l'entrée dans le tunnel, détruisant un aiguillage près de Faido (TI) et entraînant le déraillement de 16 wagons de marchandises.

Les infrastructures ont subi des dégâts considérables. Les réparations dans le tube ouest du tunnel doivent durer jusqu'à la fin de l'année, ont annoncé les CFF, qui ont terminé les travaux de déblaiement et de nettoyage.

Le trafic marchandises avait pu reprendre progressivement dans le tunnel à partir du 23 août. Dès ce vendredi, certains trains de voyageurs pourront à nouveau circuler dans le tunnel de base, à vitesse réduite.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus