Le FMI approuve le rapport « too big to fail » du Conseil fédéral

Le rapport du Conseil fédéral sur la crise de Credit Suisse et la thématique 'too big to fail' ...
Le FMI approuve le rapport « too big to fail » du Conseil fédéral

Le FMI approuve le rapport

Photo: Keystone/AP/JOSE LUIS MAGANA

Le rapport du Conseil fédéral sur la crise de Credit Suisse et la thématique 'too big to fail' a rencontré un écho favorable lors de la réunion de printemps du Fonds monétaire international (FMI). C'est ce qu'a déclaré Karin Keller-Sutter à Washington vendredi.

'Les mesures ont été jugées proportionnées', a déclaré la ministre des finances devant les médias. Elle a ajouté que ses collègues internationaux se sont montrés intéressés et ont identifié des lacunes dans leur propre législation, qui pourraient désormais être comblées.

'Nous voulons tirer les leçons de ce cas, car il est nécessaire, après les expériences que nous avons faites, de réexaminer de manière critique certaines normes internationales', a souligné la conseillère fédérale.

Elle a rappelé que le 'régime too big to fail' est international et pas seulement une réglementation suisse. 'Cela signifie qu'il faut collaborer au niveau international. Et j'ai très bien ressenti cette volonté', a noté la Saint-Galloise.

La Suisse veut s'engager activement dans le développement des règles internationales 'too big to fail' afin de préserver les Etats et les contribuables des conséquences de la faillite d'une grande banque. Il s'agit de minimiser les risques juridiques liés à la liquidation d'un établissement d'importance systémique.

L'endettement des Etats inquiète

Un thème majeur de la réunion du FMI est l'endettement croissant des Etats dans un contexte de hausse des taux d'intérêt et de forte augmentation des dépenses de défense, a déclaré la ministre des finances. 'Nous n'avons pas réussi à mener à bien les réformes structurelles nécessaires en période de taux d'intérêt négatifs ou nuls', a-t-elle souligné.

Le fort endettement et la persistance de taux d'intérêt élevés constituent un risque pour la stabilité financière, a ajouté la conseillère fédérale. Si la Suisse a déjà pu abaisser son taux directeur, elle le doit aussi à son statut de cas particulier. 'Nous avons d'autres conditions: un faible endettement, une grande stabilité financière et une monnaie propre'.

/ATS
 

Actualités suivantes