Le RER transfrontalier va initier une mobilité plus durable

Le Léman Express devrait permettre de réduire de 12% le trafic routier entrant dans le canton ...
Le RER transfrontalier va initier une mobilité plus durable

Le RER transfrontalier va initier une mobilité plus durable

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le Léman Express devrait permettre de réduire de 12% le trafic routier entrant dans le canton de Genève à l'heure de pointe du matin. De multiples mesures sont prévues pour inciter les automobilistes à prendre le train à partir du 15 décembre.

'Aujourd'hui, pratiquement 90% des pendulaires transfrontaliers utilisent leur voiture pour aller au travail à Genève faute d'alternative efficace', explique le conseiller d'Etat Serge Dal Busco, en charge du Département des infrastructures (DI). Avec ses 45 gares et 230 kilomètres de ligne, le nouveau RER franco-valdo-genevois devrait changer la donne.

Cinq des six lignes du Léman Express desserviront près de 30% des actifs, soit 36'000 personnes environ, qui résident hors du canton et qui y travaillent. Six trains par heure et par sens permettront notamment de relier Coppet (VD) et Annemasse (F) en une trentaine de minutes. Thonon-les-Bains (F) sera à 50 minutes de Lancy-Pont-Rouge et Annecy (F) à 72 minutes de Chêne-Bourg.

Fréquentation en hausse

La mise en place d'une desserte performante et attractive est le principal facteur de changement des habitudes en matière de mobilité, selon le DI. Un avis partagé par Vincent Kaufmann, directeur du Laboratoire de sociologie urbaine de l'EPFL: 'A cause des objets connectés, conduire est perçu comme une perte de temps. Le côté pratique et confortable du trajet prime souvent sur la rapidité et le prix du billet de train.'

Signe que le public suit quand l'offre existe, la fréquentation de la ligne Genève-La Plaine a doublé en dix ans pour atteindre environ 8'000 passagers - actifs et jeunes en formation - par jour, fait savoir le DI. En 2018, la mise en place de la cadence au quart d'heure entre Coppet et Lancy-Pont-Rouge a engendré une hausse de la fréquentation de 60% en moyenne.

Amélioration de l'image des transports publics, baisse du nombre de véhicules immatriculés malgré une hausse de la population, réduction des temps de parcours, essor du vélo électrique favorisant le report modal: plusieurs facteurs expliquent cet engouement. De fait, presque tous les habitants du canton utilisent plusieurs modes de transport, relève le DI.

Réorganisation des transports

De part et d'autre de la frontière, toute une série de mesures va accompagner la mise en place du nouveau RER. Dans le Genevois français, où huit gares du Léman Express seront à 45 minutes au maximum de Genève-Cornavin, 730 places de stationnement s'ajouteront en fin d'année aux 3'500 places existantes dans des P+R. A l'horizon 2023, 9'200 places seront disponibles.

Dans le canton de Genève, le réseau des transports publics va être réorganisé. Une cinquantaine de lignes vont desservir les gares du Léman Express, qui deviendront des pôles multimodaux. Ainsi, plus de 80% des habitants et près de 86% des emplois se trouveront à moins de 1,5 kilomètre d'une gare. Les autorités tablent sur une fréquentation quotidienne de 50'000 personnes au coeur du réseau.

En parallèle, Genève va accélérer la mise en oeuvre de la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée, qui donne la priorité à la mobilité douce et aux transports publics dans les centres urbains. Et alors que la Voie verte entre Annemasse et Genève-Eaux-Vives connaît un grand succès, un réseau cyclable continu et sécurisé sera développé avec la Ville de Genève.

Revoir le stationnement

Pour éviter l'effet rebond, à savoir l'utilisation de la voiture restée à domicile par d'autres membres de la famille et l'incitation à s'en servir davantage en raison de la fluidité du trafic, ces mesures doivent être coordonnées, souligne M. Kaufmann. 'Il faut aussi travailler sur la gestion des feux et le stationnement pour ne pas améliorer les conditions de circulation', indique-t-il.

Le stationnement à destination constitue un levier essentiel en matière de report modal, note le sociologue. Le canton annonce qu'il renforcera les contrôles, puisque seuls 40 à 50% des automobilistes paient leur place. Il veut aussi encourager les employeurs à rendre payantes les places qui sont aujourd'hui mises à disposition gratuitement. De quoi revoir à la hausse le coût d'une voiture.

/ATS
 

Actualités suivantes