Le centre d'exploitation des TPF en passe de prendre son envol

Les Transports publics fribourgeois (TPF) s'apprêtent à mettre pleinement en service leur centre ...
Le centre d'exploitation des TPF en passe de prendre son envol

Le centre d'exploitation des TPF en passe de prendre son envol

Photo: Crédit Jo Bersier

Les Transports publics fribourgeois (TPF) s'apprêtent à mettre pleinement en service leur centre d'exploitation et de maintenance de Givisiez. Fruit d'un investissement de 120 millions de francs, le site accueille trains, bus et trolleybus, une première en Suisse.

Le directeur général des TPF, Vincent Ducrot, a présenté lui-même lundi à la presse la nouvelle infrastructure baptisée Givisiez Ensemble, sise non loin de Fribourg. 'Le chantier a été marqué par la complexité technique de l'ouvrage', a-t-il indiqué en conclusion d'un tour du propriétaire organisé avant l'inauguration le 20 septembre.

Le 'bébé' de Vincent Ducrot donne le tournis sur le plan des chiffres. Outre le montant de l'investissement, le site rassemble quatre bâtiments et propose du travail à 700 collaborateurs sur 44'000 mètres carrés, dont 16'000 en sous-sol. Au total, il s'étend sur 70'000 mètres carrés, soit l'équivalent de 13 terrains de football.

Optimisation maximale

L'infrastructure, aux dernières normes énergétiques et écologiques, avec notamment un chauffage géothermique, est considérée comme le top en la matière. Le maître-mot de l'ensemble est l'optimisation tous azimuts du site. 'Ce qui a séduit immédiatement l'Office fédéral des transports', a relevé Vincent Ducrot en jouant le guide d'un jour.

L'idée consiste à réunir en un seul lieu, au lieu de neuf jusque-là, maintenance, exploitation, administration et services techniques des TPF. D'ici au 14 avril, les bus urbains y prendront leur base, suivis des bus régionaux le 2 juin. Les trains sont là depuis le 25 février, avec le matériel roulant à écartement normal, en attendant une partie de celui de la compagnie bernoise BLS.

L'optimisation touche toutes les activités. Bus et trolleybus suivront un parcours leur permettant d'accomplir toute une série d'opérations, allant du gonflage des pneus à l'entretien anti-corrosion ou à la carrosserie, en passant par le nettoyage. Même l'affectation quotidienne des véhicules se verra informatisée, en fonction de leur disponibilité.

Sécurité accrue

Il sera possible de changer les pneus en 5 minutes au lieu de 45 minutes auparavant, a expliqué Vincent Ducrot. Des savoir-faire venant des bus profiteront aux trains dans les grandes halles d'entretien, facilitant le travail des techniciens. Sans compter une sécurité accrue, en particulier pour les activités à proximité d'une ligne de contact électrique.

'Les quelque 500 chauffeurs passent actuellement une journée à tour de rôle pour appréhender les nouveaux locaux', a précisé le directeur général. Cette formation nécessite quelque 8000 heures. L'ensemble, qui occupe un volume de 330'000 mètres cubes, est pensé pour l'horizon 2030. 'Le matériel pourrait alors fonctionner davantage à l'électrique', a-t-il prédit.

Ce qui permettra de réduire la dépendance au pétrole, sachant que pour l'heure la citerne contient 800'000 litres de carburant pour assurer le ravitaillement des bus. Les TPF exploitent environ 240 véhicules routiers et 30 rames de chemin de fer. En outre, le centre de contrôle est en passe d'être centralisé à Givisiez, avec une salle disposant de pas moins de 180 écrans.

Un canton ambitieux

Les efforts d'optimisation ne se traduiront pas en réduction des charges globales, du moins dans un premier temps. 'L'objectif vise à compenser le coût du complexe en diminuant les frais d'exploitation', a résumé Vincent Ducrot, en place depuis 2011. A noter que l'entretien du matériel ferroviaire à voie étroite s'effectuera toujours à Bulle.

L'ambitieux projet des TPF, désormais concrétisé, après cinq ans, s'inscrit dans un cadre d'investissements en dizaines de millions de francs dans le canton. Ces derniers concernent notamment la construction d'une nouvelle gare à Bulle, avec le raccordement correspondant, et un gros chantier dans le district de la Veveyse.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus