Le gouvernement français sous pression face aux punaises de lit

Fermetures d'établissements scolaires, nuisances signalées dans des transports ou des cinémas ...
Le gouvernement français sous pression face aux punaises de lit

Le gouvernement français sous pression face aux punaises de lit

Photo: KEYSTONE/FR10910 AP/Terry Gilliam

Fermetures d'établissements scolaires, nuisances signalées dans des transports ou des cinémas: les punaises de lit, fléau pas nouveau mais dont s'emparent divers groupes politiques, mettent désormais le gouvernement français sous pression.

Face à l'angoisse croissante que suscitent ces insectes, le ministre des Transports Clément Beaune réunira mercredi les principaux opérateurs de transports et les associations d'usagers pour évoquer ce sujet sensible.

La présence de punaises de lit a été signalée ces dernières semaines dans des cinémas, TGV, dans le métro parisien ou la zone d'attente de l'aéroport de Roissy. Mais tous ces cas ne sont pas avérés.

'Vendredi aura lieu une réunion interministérielle pour voir justement l'ensemble des composantes compétentes' sur la question des punaises de lit, a indiqué mardi soir sur RTL le porte-parole du gouvernement Olivier Véran, promettant d''apporter rapidement des réponses aux Français'.

Actuellement, au moins deux établissements scolaires, situés à Marseille et Villefranche-sur-Saône (Rhône), sont infectés par des punaises de lit et sont fermés temporairement pour être traités.

Dans la cité phocéenne, un collège proche du centre a fermé ses portes lundi, a indiqué à l'AFP mardi le conseil départemental.

Il rouvrira le 9 octobre, après nettoyage et aération des salles du collège et du gymnase attenant. Jusqu'à cette date les cours se feront à distance.

A Villefranche-sur-Saône, au nord de Lyon, c'est une école primaire qui est actuellement fermée pour la deuxième fois depuis la rentrée après la redécouverte de punaises de lit.

Un premier traitement, notamment de vaporisation thermique à 90 degrés, avait été mis en place afin de permettre l'ouverture des classes pour la rentrée. La Ville s'était alors assurée, avec l'aide d'un chien renifleur, que les nuisibles avaient bien disparu.

Fin septembre cependant, des punaises de lit sont réapparues et l'école a été fermée. Une salle municipale a été réquisitionnée pour permettre l'accueil des enfants qui n'ont pu être gardés par leurs parents.

Dans le nord de la France, ce sont les urgences de l'hôpital de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) qui avaient été délocalisées pour une journée début septembre, le temps de les désinfecter, après la découverte de plusieurs foyers de punaises de lit, selon le directeur de l'hôpital Gwenaël Pors.

Proposition de loi

Le débat a pris une nouvelle tournure politique mardi à l'Assemblée nationale avec l'annonce par le chef de file des macronistes au Palais Bourbon, Sylvain Maillard, d'une proposition de loi sur ce sujet d'ici à décembre.

'Nous avons perdu six ans', a répliqué la présidente des députés Insoumis Mathilde Panot, revendiquant avoir 'lancé l'alerte' en 2017 et rappelant avoir déposé une 'proposition de résolution en 2019'.

'Sur ce sujet, il ne devrait pas y avoir de clivage', a répliqué la Première ministre Elisabeth Borne, annonçant une 'réunion dans les prochains jours avec l'ensemble des ministères concernés'.

'L'enfer'

'Je pense que ce n'est pas un motif à une panique générale', a expliqué le ministre de la Santé Aurélien Rousseau interrogé sur France Inter, reconnaissant toutefois que 'quand vous avez des punaises de lit, c'est l'enfer'.

Disparues de la vie quotidienne dans les années 1950, les punaises de lit ont fait leur grand retour depuis une trentaine d'années dans de nombreux pays développés à la faveur de modes de vie de plus en plus nomades, de consommations favorisant l'achat de seconde main et d'une résistance croissante aux insecticides. Ce problème touche tous les milieux sociaux.

Entre 2017 et 2022, 11% des ménages français auraient été infestés, selon un sondage Ipsos réalisé en juillet pour un groupe de travail mis en place par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

Comme d'autres villes, Marseille est touchée par ce fléau, visible jusque dans ses rues: régulièrement des matelas sont déposés à même le sol, infestés par ce nuisible dont il est difficile de se débarrasser.

En octobre 2019, la plus grande bibliothèque de la ville, l'Alcazar, avait dû être fermée pendant trois semaines en raison de la présence de punaises de lit 'involontairement apportées par des visiteurs'.

/ATS
 

Actualités suivantes