Le président iranien Hassan Rohani effectue une visite d'Etat en Suisse

Le président iranien Hassan Rohani est attendu lundi en Suisse pour une visite officielle de ...
Le président iranien Hassan Rohani effectue une visite d'Etat en Suisse

Le président iranien Hassan Rohani en visite d'Etat en Suisse

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

Le président iranien Hassan Rohani est arrivé en Suisse lundi après-midi pour une visite officielle de deux jours, suivi d'un séjour en Autriche. Il a qualifié ce voyage de 'capital' pour l'avenir de l'accord sur le nucléaire iranien après le retrait des Etats-Unis.

Le président de la République islamique a posé les pieds sur le tarmac de l'aéroport de Zurich vers 16h15, a constaté un cameraman de Keystone-ATS. M. Rohani a été accueilli avec les honneurs militaires par le président de la Confédération Alain Berset, sous un soleil de plomb.

Les deux chefs d'Etat et leurs délégations se sont ensuite rendus à Berne. En soirée, M. Rohani s'est entretenu en tête à tête avec M. Berset. Parallèlement, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif devait discuter avec son homologue suisse Ignazio Cassis, a indiqué le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué.

Préserver l'accord

Ce voyage sera 'l'occasion de parler de l'avenir de l'accord', a déclaré le président iranien lors d'un point de presse à l'aéroport Mehrabad de Téhéran avant de monter dans l'avion, selon des images transmises par la télévision d'Etat.

'Dans le contexte actuel du retrait des Etats-Unis [...] et des négociations intenses entre l'Iran et l'Europe pour trouver les moyens de préserver cet accord', ce voyage 'est d'une importance capitale en ce qu'il pourra fournir un tableau plus précis de la coopération entre l'Iran et l'Europe', avait indiqué samedi l'agence semi-officielle iranienne Isna, en citant le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Bahram Ghassemi.

La suite à Vienne

Après sa visite en Suisse, M. Rohani poursuivra son périple diplomatique en Autriche. C'est à Vienne qu'a été conclu en juillet 2015 l'accord ayant permis à l'Iran de sortir de son isolement international en échange de la mise en sommeil de son programme nucléaire et de son engagement à ne jamais chercher à acquérir la bombe atomique.

L'Autriche a pris dimanche pour six mois la présidence tournante de l'Union européenne (UE) et la Suisse représente les intérêts des Etats-Unis en Iran, en l'absence de relations diplomatiques entre ces deux pays.

Forum économique

Mardi, la matinée sera consacrée à un Forum sur l'innovation et l'industrie dans les domaines des comestibles et de la santé, ainsi qu'aux entretiens officiels entre les délégations menées respectivement par M. Rohani et M. Berset. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann participeront aux entretiens.

Plusieurs déclarations d'intention et conventions devraient être signées à l'issue de ces discussions, notamment une déclaration sur la coopération en matière de santé et des sciences, a précisé le porte-parole du Département fédéral de l'intérieur (DFI) Peter Lauener.

Si les derniers développements de l'accord sur le programme nucléaire iranien seront au centre des discussions, la question du développement des relations bilatérales sera aussi à l'ordre du jour. Il s'agira de tirer un premier bilan de la feuille de route signée fin février 2016 à Téhéran sur ce sujet.

Marathon diplomatique

Alors président de la Confédération, Johann Schneider-Ammann s'était rendu en visite officielle en Iran, peu après la levée des sanctions internationales contre Téhéran. Il avait invité en retour le président Rohani.

Mais cette visite revêt aussi un aspect symbolique. En se rendant en Suisse, puis en Autriche, M. Rohani montre son attachement à l'accord sur le programme nucléaire iranien, négocié en Suisse et signé à Vienne en juillet 2015. Depuis l'annonce, le 8 mai, du retrait américain de cet accord, l'Iran effectue un véritable marathon pour tenter sauver le texte.

Protestations à Berne

Ces menées diplomatiques ne sont toutefois pas du goût de tous: une cinquantaine de personnes, Iraniens et sympathisants, ont manifesté lundi après-midi à Berne contre le 'régime fasciste' du président Rohani. Sa 'mafia économique' est la seule à profiter de l'assouplissement des sanctions, selon les protestataires.

Ce profit est ensuite réinvesti dans le soutien à des organisations terroristes comme le Hezbollah ou dans l'appui au régime syrien, ont-ils critiqué. 'Nous ne comprenons pas pourquoi une telle personne est invitée en Suisse', a déclaré à Keystone-ATS Amin Asaie, organisateur de la manifestation convoquée par le groupe des 'Iraniens séculiers-démocratiques de Suisse'.

/ATS
 

Actualités suivantes