Le secteur de la construction a relevé la tête en 2019

Malgré un quatrième trimestre poussif, le secteur suisse de la construction a augmenté ses ...
Le secteur de la construction a relevé la tête en 2019

Malgré un quatrième trimestre poussif, le secteur suisse de la construction a augmenté ses chiffres d'affaires l'année dernière.

Les recettes ont gonflé de 3,2% à 20,7 milliards de francs. Le bâtiment a largement contribué à cette hausse, alors que le génie civil a fait du surplace.

Les revenus de l'activité du bâtiment se sont élevées à 10,6 milliards de francs, ce qui représente une progression de 6,9%, a indiqué mardi la Société suisse des entrepreneurs (SSE).

Du côté du génie civil, la faiblesse des mandats privés a été compensée par celles des contrats publics. Les chiffres d'affaires ont ainsi stagné à 10 milliards.

Le dernier partiel a été particulièrement difficile pour le secteur principal de la construction, avec des recettes en recul de 3% à 5 milliards. Après une période estivale faste où les carnets de commande se sont bien remplis, la charge de travail s'est 'légèrement réduite' entre octobre et décembre. La SSE affirme que les entrepreneurs ont engagé afin de traiter les commandes arrivées à la belle saison.

Zénith dépassé

Dans la construction non-résidentielle, le ralentissement conjoncturel a affaibli un domaine 'jusqu'alors solide'. le chiffre d'affaires et l'entrée des commandes ayant considérablement diminué, déplore la faîtière dans un communiqué.

'Le logement a dépassé son zénith', souligne par ailleurs l'association.

La tendance négative enregistrée au dernier partiel 2019 devrait se poursuivre au premier trimestre 2020, avec un repli des chiffres d'affaires estimé à 0,7% sur un an. Un redressement est attendu pour l'exercice 2020 dans son ensemble, grâce aux taux négatifs qui devraient stimuler l'activité de construction.

Le secteur principal devrait ainsi dégager des revenus d'au moins 20 milliards de francs. Les marges demeurent sous pression, en raison de la concurrence qui 'continue de faire rage'.

/ATS
 

Articles les plus lus