Les communes craignent des déficits pour les années à venir

Les villes et les communes sont fortement mises à contribution dans la lutte contre la crise ...
Les communes craignent des déficits pour les années à venir

Les communes craignent des déficits pour les années à venir

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Les villes et les communes sont fortement mises à contribution dans la lutte contre la crise du coronavirus. Les conséquences économiques pourraient les faire souffrir durant des années, craint l'Association des communes suisses.

La facture sociale est le plus grand défi, selon Christoph Niederberger, directeur de l'association. 'Les chômeurs ne pourront pas tous réintégrer le monde du travail', a-t-il expliqué jeudi à Keystone-ATS. Plus le nombre de personnes qui tombent dans l'aide sociale est important, plus cela grève les caisses communales.

Les communes ne doivent pas devenir les derniers payeurs de l'Etat et ne doivent pas être laissées seules. 'C'est un grand danger', selon M. Niedeberger.

Pour autant, les communes ne veulent demander des aides financières concrètes. Une discussion doit avoir lieu afin de sensibiliser les politiciens. Le Conseil fédéral a fait recours au droit d'urgence. Il doit prendre ses responsabilités aussi pour le long terme. Les trois niveaux de l'Etat sont appelés à contribuer, sinon il y aura des perdants.

Communes occupées

Pour le président de l'association, les communes 'fonctionnent même pendant la crise'. Elles assurent des prestations essentielles. De nombreuses initiatives et activités ont été lancées par les autorités communales.

Elles accompagnent les personnes en difficulté, assurent la sécurité, complètent l'approvisionnement en matière de santé et coordonnent les aides économiques. Les communes travaillent aussi sur la fermeture des écoles et l'accueil des enfants dont les parents ne peuvent pas travailler à la maison.

La Confédération était préparée face à la crise, réagit M. Niederberger quant aux critiques émises à ce sujet. 'Nous pouvons compter sur les organisations d'urgence existantes. Des états-majors 'pandémie' sont organisés au niveau cantonal et communal. 'Et ils fonctionnent.'

Interactions

Les interactions entre les communes, avec la Confédération et les cantons fonctionnent également. M. Niederberger n'a connaissance d'aucun exemple négatif concernant la collaboration.

Mais un bilan sera nécessaire après la crise, poursuit le directeur qui soutient la constitution d'une task force pour tirer les leçons de la crise. De nombreux points comme les réserves obligatoires de masques et de médicaments devront être abordés dans ce cadre.

Créativité

Pour l'heure, les communes ont d'autres défis à affronter. De nombreuses assemblées ont dû être reportées ces dernières semaines. Des budgets et des comptes sont bloqués.

La situtation est inhabituelle. Seules les communes ayant déjà consulté par écrit le peuple avant que ne soit prononcé l'état de situation extraordinaire tirent leur épingle du jeu. Il y aura sans doute plus de scrutins dans les mois à venir. Ce n'est pas un gros problème selon le directeur de l'association: 'le système est flexible'.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus