Les entreprises électriques suisses se penchent sur l'avenir

L'Association des entreprises électriques suisses (AES) envisage quatre univers énergétiques ...
Les entreprises électriques suisses se penchent sur l'avenir

Les entreprises électriques suisses se penchent sur l'avenir

Photo: Keystone

L'Association des entreprises électriques suisses (AES) envisage quatre univers énergétiques extrêmes mais plausibles face aux nombreuses incertitudes planant sur les évolutions technologiques. Son but: offrir un repère aux acteurs politiques et à la branche.

'Nous ne pouvons pas prédire l'avenir, mais nous devons nous y préparer le mieux possible. C'est pourquoi il est primordial de bénéficier d'une vision d'ensemble axée sur l'énergie globale', explique mardi le directeur de l'AES Michael Frank, dans un communiqué diffusé en marge de la conférence de presse de l'AES.

L'AES estime que le scénario le plus plausible d'ici 2035 verra l'hydraulique continuer de dominer. Les dispositifs de stockage décentralisés et la consommation propre augmentent. Les réseaux énergétiques coopèrent étroitement et le gaz gagne en importance. La Suisse doit continuer d'importer beaucoup d'électricité. La numérisation prend de l'ampleur.

Cette 'Tendance 2035 de l'AES' sera vérifiée et mise à jour chaque année. La 'vision de l'AES' relative à l'économie énergétique reflète le scénario idéal dans ce domaine, selon l'association. Celle-ci a cependant modélisé quatre univers énergétiques.

Choix divers

Dans le premier ('Trust World'), l'approvisionnement centralisé est un atout. Les pays européens et la Suisse s'isolent de plus en plus dans le domaine de l'électricité. Les centrales hydrauliques et les nouvelles centrales à gaz dominent, alors que la numérisation est peu développée.

Dans le deuxième monde décrit par l'AES ('Trade World'), l'énergie est produite en Europe là où elle coûte le moins cher. Non subventionnées, les énergies renouvelables voient leur développement stagner. Les grandes installations centralisées s'imposent. La numérisation perd en importance.

Le troisième modèle ('Local World') prévoit que l'énergie est produite et échangée à l'échelle nationale suisse. L'Etat encourage l'approvisionnement décentralisé et la consommation propre. Les réseaux d'électricité, de gaz et de chauffage à distance coopèrent étroitement. Cet univers repose sur une économie numérique.

Enfin, le dernier univers ('Smart World') voit les énergies renouvelables et les dispositifs de stockage devenir rentables grâce au progrès technologique. L'approvisionnement et le pilotage de la consommation sont décentralisés et flexibles, la Suisse est fortement connectée avec l'Europe. L'énergie est produite sur les sites les plus efficaces.

/ATS


Actualisé le