Les prix du pétrole se reprennent quelque peu

Les prix du pétrole repartaient à la hausse mercredi, après avoir dégringolé la veille au soir ...
Les prix du pétrole se reprennent quelque peu

Les prix du pétrole se reprennent quelque peu

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Les prix du pétrole repartaient à la hausse mercredi, après avoir dégringolé la veille au soir. Alors que le baril de Brent repassait tout juste au-dessus de la barre des 100 dollars, le climat d'anxiété quant à la possibilité d'une récession mondiale reste de mise.

Peu avant 09h45, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre se négociait à 100,57 dollars, soit une hausse de 1,09%. Mardi soir, il avait chuté de 7,10% à 99,49 dollars, clôturant sous 100 dollars pour la première fois depuis trois mois.

Quant aux 159 litres de West Texas Intermediate (WTI) américain, pour livraison en août, ils demeuraient sous le seuil psychologique des 100 dollars à 96,83 dollars, soit une progression de 1,03%. La veille au soir, le brut d'outre-Atlantique avait aussi plongé de 7,92% à 95,8 dollars.

'Le pétrole est en chute libre', plongeant 'à mesure que les perspectives de croissance se détériorent', accentuant les inquiétudes concernant la demande, a souligné Craig Erlam, analyste d'Oanda. 'En Occident, la combinaison des prix élevés de l'énergie et de la hausse des taux d'intérêt alimente les craintes d'une récession qui aurait un impact sérieux' sur le marché de l'or noir, explique Carsten Fritsch, analyste pour Commerzbank.

Nouvelles restrictions en Chine

Une nouvelle vague de restrictions sanitaires en Chine préoccupe également les investisseurs, faisant craindre de nouvelles fermetures. Macao a entamé lundi son premier confinement depuis le début de la pandémie afin d'endiguer sa pire vague de Covid-19.

'Il y a un ralentissement de la demande du plus grand importateur de brut au monde et des craintes quant à ce que révéleront les chiffres de la croissance du deuxième trimestre de vendredi', affirme Victoria Scholar, analyste à Interactive Investor. Pour l'analyste, le gouvernement chinois 'sacrifie une fois de plus son économie à la poursuite d'objectifs draconiens de santé publique'.

La Chine a, par exemple, confiné pour trois jours les 320'000 habitants d'une localité du centre du pays après la découverte d'un seul cas positif au Covid-19. Le refrain d'une économie chancelante résonne chez les investisseurs, qui se désengagent massivement des contrats à terme sur toutes les matières premières, a également relevé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates. 'Il y a une déconnexion entre les marchés à terme et le marché physique', a-t-il estimé.

Pour Matt Smith, de Kpler, l'envolée du dollar, qui a atteint mardi la parité avec l'euro, a aussi joué, 'car elle accroît la préoccupation que le brut devienne trop cher pour toute autre devise que le dollar'. 'Ce décrochage (des cours) tient plus à un marché qui va trop vite en besogne et essaye d'intégrer de futures mauvaises nouvelles, plutôt qu'à ces mauvaises nouvelles', a plaidé l'analyste.

Correction trop vive

Les opérateurs ont totalement occulté le rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui table pourtant sur une demande de pétrole toujours en croissance en 2023, mais à un rythme moins soutenu. L'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) fait le même pronostic, et annonce une consommation en hausse de 2 millions de barils par jour l'an prochain, contre 2,2 cette année.

La demande en 2023 devrait être soutenue par une 'performance économique encore solide des pays grands consommateurs, ainsi que par une amélioration de la situation géopolitique et de la gestion du Covid-19 en Chine', a estimé l'Opep. Le rapport affirme que 'le marché reste extrêmement tendu', a relevé Craig Erlam, d'autant que les inquiétudes concernant l'offre persistent, avec notamment les sanctions sur le pétrole russe.

Dernier élément superbement ignoré par les courtiers, les commentaires du directeur de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), Fatih Birol, pour qui 'le monde n'a jamais connu une crise de l'énergie d'une telle profondeur et d'une telle complexité'. 'Je pense que nous n'en avons peut-être pas encore vu le pire', a-t-il ajouté, lors d'une intervention à Sydney (Australie).

'La correction (des cours) est allée trop loin', a fait valoir Andy Lipow. 'Le marché a tellement souffert qu'il va lui falloir quelques jours pour se remettre, mais on est beaucoup plus près d'un plancher que d'un sommet.' 'Le pétrole finira par retrouver le chemin au-dessus de 100 dollars', a anticipé Edward Moya, d'Oanda, 'mais pour l'instant, il semble à son aise autour de 95 dollars.'

/ATS
 

Actualités suivantes