Les sénateurs soutiennent le développement du réseau routier

Le développement du réseau routier doit aller de l'avant. Le Conseil des Etats est entré en ...
Les sénateurs soutiennent le développement du réseau routier

Le Parlement soutient le développement du réseau routier

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le réseau routier doit être développé. Après le National, le Conseil des Etats a largement accepté mercredi les montants demandés pour les projets d'extension de l'étape d'aménagement 2023 et pour l'entretien des routes 2024-2027. Un projet romand a été inclus.

Quelque 4 milliards de francs sont demandés par le Conseil fédéral pour cinq projets alémaniques, à réaliser d'ici 2030. Le tronçon Wankdorf-Schönbühl (BE) doit être élargi à huit voies, contre six actuellement. Le tronçon de Schönbühl-Kirchberg (BE) doit lui passer de quatre à six voies.

Mathias Zopfi (Vert-e-s/GL) voulait biffer ces deux enveloppes, se demandant si la stratégie était adaptée aux temps actuels en période de changement climatique. Il y a des embouteillages tous les jours sur ces axes, a contré Werner Salzmann (UDC/BE). Il a été entendu, sauf par les écologistes. Quelques élus socialistes se sont abstenus.

En revanche, les montants pour dédoubler les tunnels du Rosenberg (SG), du Rhin (BS/BL) et de Fäsenstaub (SH) n'ont pas été contestés.

Projet romand

A la session d'été, le National a ajouté un projet romand. Il a inclus l'axe Le Vengeron (GE) - Coppet (VD) - Nyon (VD) dès 2023, initialement pas prévu avant 2030. Les coûts des deux projets concernant cet aménagement s'élèvent à 911 millions de francs.

Le Conseil des Etats a tacitement approuvé cet amendement, tout en ajoutant la condition que le Conseil fédéral ait approuvé le projet général au plus tard le 31 décembre 2023. Sans être formellement opposée, Lisa Mazzone (Vert-e-s/GE) a estimé que l'ajout de ce projet était inutile, car le gouvernement genevois a fait savoir que la réalisation de ce tronçon ne serait pas possible avant 2030.

Les cantons de Genève et de Vaud soutiennent ce projet, a opposé le ministre des transports Albert Rösti. Et d'estimer que les délais pourraient être tenus comme le Conseil fédéral se penchera sur ce projet le mois prochain.

Les routes nationales nécessitent par ailleurs un entretien constant et coûteux. Le gouvernement demande donc quelque 8,8 milliards pour la période entre 2024 et 2027. Les routes nationales représentent 3% du réseau mais 50% du transport motorisé, a relevé Olivier Français (PLR/VD) pour la commission. Il a été soutenu à l'unanimité.

Trafic dans les agglomérations

Les transports dans les agglomérations, où vit près de 80% de la population, devraient eux bénéficier de 1,6 milliard de francs. La Chambre des cantons a validé cette enveloppe gouvernementale à l'unanimité.

Par 21 voix contre 19 et une abstention, elle a toutefois rejeté l'ajout de 38 millions décidé par les députés pour le tunnel routier Moscia-Acapulco dans le projet d'agglomération 'Locarnese'. Tous les partis étaient divisés. L'urgence est incontestée pour ceux qui connaissent la situation, a argué en vain Marco Chiesa (UDC/TI), parlant d''insécurité' et de 'précarité' des infrastructures.

Le dossier retourne au National.

/ATS
 

Actualités suivantes