Les systèmes de refroidissement pour la maison sont très demandés

Nuits blanches dans un lit surchauffé, difficultés de concentration devant l'ordinateur ou ...
Les systèmes de refroidissement pour la maison sont très demandés

Les systèmes de refroidissement pour la maison sont très demandés

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Nuits blanches dans un lit surchauffé, difficultés de concentration devant l'ordinateur ou transpiration sur le canapé : la chaleur chez soi peut gâcher l'humeur. C'est pourquoi la demande de climatiseurs augmente. Mais tous les modèles ne sont pas conseillés.

Les climatiseurs sont le plus souvent installés dans la chambre à coucher - à environ 70% - mais aussi dans la salle à manger ou le salon, a déclaré Steve Winkel, directeur de service de Bühlmann Kühlanlagen AG à Studen (BE), à l'agence de presse Keystone-ATS. La demande de climatisation à domicile a déjà augmenté ces dernières années, mais surtout ces dernières semaines en raison de la chaleur. En outre, la pandémie de Covid-19, avec le travail à domicile, pourrait également y avoir contribué.

Les chiffres des revendeurs en ligne le prouvent également. Chez ces derniers, l'augmentation des ventes de climatiseurs et de ventilateurs est immense : selon leurs propres données, le commerçant en ligne Microspot a vendu presque 15 fois plus de climatiseurs et neuf fois plus de ventilateurs que l'année précédente, et son concurrent Digitec-Galaxus respectivement neuf et cinq fois plus. Pour des raisons de concurrence, ces commerçants ne donnent pas de chiffres concrets.

Un porte-parole de Brack.ch a interprété la hausse du chiffre d'affaires par le fait que les rafraîchisseurs d'air sont une catégorie relativement petite avec peu de produits, qui ne représente qu'une faible part du chiffre d'affaires en chiffres absolus. Selon lui, l'augmentation n'est pas inhabituelle, même si la courbe du chiffre d'affaires présente un peu plus de vagues et est un peu plus élevée que les deux dernières années.

Chez Microspot, les ventes de climatiseurs ont déjà connu un premier pic à la fin du mois de juin, 'la tendance actuelle de la vague de chaleur pourrait encore augmenter la demande', indique le service de presse.

Simples et polyvalents

Les consommateurs et consommatrices se tourneraient souvent vers les ventilateurs, car ils sont simples et polyvalents. Mais les appareils dotés d'une fonction d'humidification sont également très appréciés, car l'eau les rafraîchit.

Selon les propres indications de Digitec-Galaxus, il s'agit surtout de ventilateurs sur pied et de climatiseurs mobiles que l'on peut facilement ranger dans la cave après l'été. Les clients n'hésitent pas à mettre la main à la poche.

Energétiquement pas judicieuses

Le responsable du service après-vente de Bühlmann Kühlanlagen déconseille toutefois ces climatiseurs mobiles. Ils ne sont 'pas du tout judicieux' du point de vue énergétique. Avec celui-ci, l'air chaud est aspiré hors de la pièce et ressorti par la fenêtre. 'Cela crée une dépression dans la pièce, ce qui fait que l'air chaud rentre à nouveau par tous les autres coins de la maison', explique le spécialiste.

Ce n'est qu'en cas d'urgence, lorsqu'on ne peut pas faire autrement - par exemple lorsqu'on habite dans les combles et que le propriétaire n'autorise pas d'installation fixe - que les climatiseurs mobiles peuvent convenir.

Stress pour le corps

La naturopathe Lena Haag, qui tient un cabinet à Bienne (BE), déconseille en principe les climatiseurs. Selon elle, les variations de température entre un extérieur chaud et un intérieur froid sont synonymes de stress pour le corps.

Les gens ne perçoivent souvent pas les performances extrêmes du corps. Les adaptations de température ont lieu là où, par exemple, le rythme veille-sommeil et la tension artérielle sont régulés. Si le corps est soumis à des variations de température, il souffre également dans d'autres domaines.

La mélisse citronnée, le tilleul et la menthe poivrée par exemple aident à faire face à la chaleur. Mme Haag conseille en outre de rafraîchir naturellement les pièces et d'éviter les grandes différences de température - même si des adaptations lentes ne sont plus guère possibles à l'heure actuelle.

/ATS
 

Actualités suivantes