Les vaches d'alpage se font servir à boire par hélicoptère

La sécheresse continue de déployer ses effets, notamment sur l'abreuvement des animaux de rente ...
Les vaches d'alpage se font servir à boire par hélicoptère

Les vaches d'alpage se font servir à boire par hélicoptère

Photo: KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

La sécheresse continue de déployer ses effets, notamment sur l'abreuvement des animaux de rente, qui devient critique dans certains alpages. Pour acheminer de l'or bleu sur les hauteurs, les agriculteurs doivent parfois avoir recours à un hélicoptère.

Selon Swissmilk, une vache boit entre 50 et 100 litres par jour, des besoins que les sources mises à rude épreuve par la sécheresse ne permettent plus forcément de combler. De l'eau doit donc être amenée sur les pâturages, par camions-citernes mais aussi via hélicoptère.

L'armée de l'air Suisse est ainsi intervenue à sept reprises dans les cantons de St-Gall, Glaris et Appenzell Rhodes-Intérieures, a indiqué à Keystone-ATS le porte-parole Daniel Reist. Selon ses estimations, entre 20'000 et 40'000 litres d'eau ont été acheminés sur chaque alpage. Aucune autre intervention n'est prévue pour l'instant.

L'armée n'est pas la seule à fournir ce type de services. Des entreprises privées le font également. L'armée n'intervient d'ailleurs que lorsque ces dernières ne peuvent pas le faire, précise M. Reist.

Plus de 300'000 litres

Il est difficile de savoir précisément combien d'interventions privées ont déjà eu lieu dans tout le pays. La Swiss Helicopter Association, qui représente plus d'une trentaine d'entreprises, ne dispose pas de chiffres pour l'ensemble de ses membres.

Depuis début juillet, l'entreprise Swiss Helicopter, qui possède quatorze bases à travers toute la Suisse, a effectué une vingtaine d'interventions et transporté environ 300'000 litres d'eau, indique Patrick Aegerter, membre de la direction. Lors de chaque engagement, l'hélicoptère est chargé et déchargé une vingtaine de fois, précise-t-il.

Et d'ajouter que la demande est la plus forte dans l'Oberland bernois et en Suisse orientale. Jusqu'à présent, une seule intervention a eu lieu en Suisse romande, sur un alpage au-dessus de Grandvillard (FR). Du côté d'Air-Glaciers, on indique n'avoir effectué aucun vol de ce genre.

S'il ne pleut pas, la demande va augmenter partout en Suisse, estime M. Aegerter. Il relève que 2018 est un cas particulier. Swiss Helicopter n'avait plus fait ce genre de transports depuis plusieurs années.

Nouvelles interdictions

La sécheresse a aussi incité les cantons de Glaris, Uri et Appenzell Rhodes-Intérieures de même que le Liechtenstein à décréter mardi une interdiction absolue de faire du feu en plein air. Une telle prohibition est désormais en vigueur dans 17 cantons, principalement alémaniques. Un pin a par ailleurs pris feu dans un alpage en Appenzell Rhodes-Intérieures, à proximité d'un foyer improvisé, mais les flammes ont pu être rapidement maîtrisées.

En Suisse romande, seul le Valais a prononcé une interdiction similaire. Dans les cantons de Vaud et du Jura, les feux sont prohibés en forêt ou à proximité. A Fribourg et Genève, c'est une interdiction partielle en forêt et à proximité qui prévaut.

Cela signifie que les feux sont tolérés uniquement sur les emplacements aménagés par les collectivités pour cet usage et dotés de foyers fixes, précise mardi le canton du bout du lac dans un communiqué. Et d'ajouter qu'il a relevé son niveau de danger d'incendie. Il se situe désormais à 3 sur une échelle de 5.

Viasuisse rappelle que les mégots de cigarette sont également concernés par l'interdiction et exhorte les automobilistes à ne pas les jeter par la fenêtre. Ils peuvent déclencher des feux de broussailles aux abords des routes, précise le service d'informations routières.

Record de chaleur

La sécheresse impacte également le trafic lacustre. La société de navigation du lac de Zurich a annoncé qu'elle suspendait avec effet immédiat le trafic de ses bateaux sur la Limmat. En cause, non pas le niveau de l'eau mais la chaleur: en raison de leur toit en verre, les navires 'Felix', 'Regula' et 'Turicum' présentent une température trop élevée aussi bien pour le personnel que les passagers.

Le mercure s'est d'ailleurs de nouveau envolé mardi. La température la plus élevée pour 2018 mesurée lundi à l'aéroport de Zurich (35,4°) a été dépassée, indique Meteonews. La palme revient à Sion avec 35,9°, suivi de près par Leibstadt (35,8°).

Les températures resteront hautes ces prochains jours et de nouveaux records pourraient tomber vendredi ou samedi, estime Meteonews. MétéoSuisse a d'ailleurs émis une alerte canicule de degré 4 sur une échelle de 5 pour le Tessin et de 3 pour la Suisse romande et alémanique.

/ATS
 

Actualités suivantes