Lombard Odier a bien résisté aux turbulences des marchés

Le groupe bancaire Lombard Odier a traversé la tempête boursière de décembre dernier sans subir ...
Lombard Odier a bien résisté aux turbulences des marchés

Lombard Odier a bien résisté aux turbulences des marchés

Photo: KEYSTONE/SIGGI BUCHER

Le groupe bancaire Lombard Odier a traversé la tempête boursière de décembre dernier sans subir trop de dégâts. La masse sous gestion a certes reculé en 2018, mais la vente d'immeubles a dopé un bénéfice net annuel déjà en forte augmentation.

En 2018, les revenus opérationnels de Lombard Odier ont atteint 1,18 milliard de francs, en hausse de 6% sur un an, indique lundi la banque genevoise. Le ratio coûts/revenus a été amélioré d'un point de pourcentage à 81%.

Le bénéfice net s'est envolé de 13%, à 165 millions de francs. 'Nous avons une gestion de coûts qui fait que la croissance des charges est inférieure à celle des revenus', a expliqué à AWP l'associé-gérant senior Patrick Odier.

La progression du résultat net frôle même les 90%, à 272 millions, en prenant en compte 107 millions d'apports extraordinaires issus essentiellement de la vente d'immeubles. Le groupe Lombard Odier a cédé cinq des six bâtiments dont il était propriétaire. Il va s'installer dès 2022 dans un nouveau siège à Bellevue, dont la construction doit commencer cette année.

___ Cessions

Les 107 millions comprennent également le produit de la cession d'un portefeuille clients à Amsterdam. Cette somme sera totalement réinvestie dans le nouveau siège. M. Odier n'a pas souhaité préciser l'importance de cet apport pour le financement du chantier, dont l'investissement total n'a pas été dévoilé.

Afflux de 4 milliards

Les turbulences sur les marchés financiers en fin d'année ont laissé des traces sur les actifs sous gestion de Lombard Odier, qui ont reculé de 5% à 259 milliards de francs au terme de l'exercice. La performance marché a raboté les volumes à hauteur de 19 milliards de francs, dont une 'partie assez importante' pour le seul mois de décembre.

'D'une manière générale, nous étions assez positifs sur les marchés à long terme et donc plus exposés sur les classes d'actifs un peu plus risquées. L'effet de volatilité a joué pleinement', explique l'associé-gérant.

La banque genevoise a pu néanmoins compter sur des entrées nettes d'argent de 4 milliards de francs, contre 16 milliards en 2017. La hausse enregistrée l'année dernière est toutefois conforme aux objectifs de croissance de 3-5%.

Cette augmentation a été principalement portée par la clientèle privée, dont la masse sous gestion s'est inscrite à 159 milliards à fin décembre. Les volumes ont stagné pour les autres lignes de métier, à savoir la gestion institutionnelle (44 milliards d'actifs totaux) et la technologie bancaire (56 milliards).

Evolution favorable en début d'année

Les marchés ont à nouveau souri à Lombard Odier en janvier et février 2019. 'Nous avons depuis recapturé l'entièreté de (la) variation d'actifs, puisque nous sommes même au-dessus des chiffres au 31 décembre 2017', assure Patrick Odier. 'Nous avons conservé nos convictions malgré ces turbulences et ces convictions se sont avérées être justes.'

Lombard Odier a renforcé sa capitalisation l'année dernière, avec un ratio de fonds propres durs de 29,9%, amélioré de 3,4 points de pourcentage en rythme annuel.

Pour 2019, la banque affiche un optimisme mâtiné de prudence, car la volatilité sur les marchés demeure élevée, selon Patrick Odier.

/ATS
 

Articles les plus lus