Londres présente ses propositions sur la frontière irlandaise

Le gouvernement britannique publie mercredi ses propositions sur la frontière entre l'Irlande ...
Londres présente ses propositions sur la frontière irlandaise

Londres présente ses propositions sur la frontière irlandaise

Photo: Keystone

Le gouvernement britannique publie mercredi ses propositions sur la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord après le Brexit. Ce faisant, il tente de forcer la main au club des 27 en liant la question à celle de leurs futures relations commerciales.

La Commission européenne a en effet réaffirmé mardi qu'avant toute négociation commerciale, il fallait avancer sur trois sujets prioritaires: le sort des citoyens européens, la facture de sortie, et la question de la frontière irlandaise. Mais pour Londres, le futur partenariat commercial et les négociations de sortie doivent être discutés en même temps.

Le ministère britannique chargé du Brexit a réitéré dans ses propositions présentées mercredi ne pas vouloir de retour des postes-frontières, symbole d'une frontière dure, entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du nord, après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Pour arriver à ce résultat, le gouvernement britannique propose deux approches à l'UE. La première s'oriente vers un 'nouveau partenariat douanier' qui permettrait 'qu'il n'y ait pas de frontière du tout entre le Royaume-Uni et l'Irlande'. La seconde s'articule autour 'd'arrangements douaniers', qui pourraient inclure notamment la suppression de déclarations d'entrée et de sortie des biens et des accords commerciaux spécifiques à l'Irlande du Nord.

Question complexe

La question de la frontière irlandaise est l'une des plus complexes des négociations qui se sont ouvertes sur le Brexit. Le rétablissement d'une frontière physique entre la République d'Irlande, membre de l'UE, et l'Irlande du Nord, qui fait partie du Royaume-Uni, risquerait de fragiliser l'accord de paix ayant mis fin en 1998 à des décennies de violences meurtrières dans la région entre protestants favorables à la tutelle britannique et catholiques nationalistes irlandais.

Environ 30'000 personnes franchissent chaque jour sans le moindre contrôle les 500 kilomètres de frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord.

Dans ce bras de fer sur la hiérarchie des questions à traiter, le gouvernement irlandais a pour sa part salué les propositions britanniques tout en rappelant que 'l'objectif immédiat des prochaines sessions de négociations demeure d'avancer sur (...) les droits des citoyens et le règlement financier ainsi que les questions spécifiques à l'Irlande'.

Accueillie froidement

Mardi, Londres a appelé de ses voeux un accord d'union douanière intérimaire d'environ deux ans avec l'UE après le Brexit. La proposition a été accueillie froidement par les responsables européens qui la jugent prématurée.

Bruxelles n'a eu de cesse de répéter que la Grande-Bretagne ne devait pas s'attendre à bénéficier après le Brexit des mêmes avantages que ceux procurés par une appartenance à l'UE.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus