Manifestations contre une loi sécuritaire

Des milliers de personnes se sont réunies samedi un peu partout en France pour dénoncer une ...
Manifestations contre une loi sécuritaire

Forte mobilisation pour les marches des libertés

Photo: KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON

Plus de 130.000 personnes, selon le ministère de l'Intérieur, 500.000 selon les organisateurs, ont défilé samedi dans une centaine de villes de France contre le texte de loi 'sécurité globale' et les violences policières. Des affrontements violents ont eu lieu.

Le ministère de l'Intérieur a dénombré 133.000 manifestants dont 46.000 à Paris contre 22.000 la semaine passée dans tout l'Hexagone. La coordination StopLoiSécuritéGlobale qui rassemble syndicats de journalistes, confédérations syndicales et associations a dénombré quant à elle 500.000 manifestants en France, dont 200.000 à Paris.

'Floutage de gueule', 'Qui nous protègera des féroces de l'ordre ?', 'Baissez vos armes on baissera nos caméras': les manifestants ont sorti les pancartes et fait fleurir les slogans contre un texte jugé attentatoire à 'la liberté d'expression' et à 'l'Etat de droit' par ses opposants.

Contrastant avec un défilé globalement calme à Paris dans l'après-midi, des affrontements ont opposé manifestants et forces de l'ordre, qui ont utilisé en fin de journée les canons à eau, au point d'arrivée du cortège, place de la Bastille. Au total, 46 personnes avaient été interpellées à Paris et en région.

23 membres des forces de l'ordre ont été blessés dans la capitale et 14 autres en région, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Gérald Darmanin a condamné sur son compte Twitter 'des violences inacceptables contre les forces de l'ordre'. Sur les réseaux sociaux, plusieurs vidéos ont circulé montrant des policiers violemment pris à partie, frappés en étant parfois à terre...

'Ceux qui lynchent nos forces de l'ordre sont loin de défendre nos libertés. Ils les piétinent', a estimé pour sa part l'ancien ministre de l'Intérieur et chef des députés La République en marche, Christophe Castaner.

Le parquet de Paris a annoncé vers 19H00 avoir placé 27 personnes en garde à vue.

A Paris, en fin de journée, des groupes de manifestants ont formé des barricades et allumé plusieurs feux qui dégageaient de grands panaches de fumée et une odeur acre. Les feux qui ont touché un kiosque, une brasserie et une façade de la Banque de France ont été maitrisés vers 18H00 tandis qu'une partie de la place était noyée sous les lacrymogènes.

Un photographe indépendant d'origine syrienne, collaborateur de Polka et de l'AFP, a été également blessé au visage pendant une charge de police tout comme plusieurs manifestants, a constaté une journaliste de l'AFP.

'Museler les oppositions'

Les manifestations étaient organisées à l'appel du collectif 'Stop! Loi sécurité globale', qui rassemble des syndicats de journalistes, des ONG, l'association de la presse judiciaire, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et d'autres associations.

Plusieurs milliers de personnes se sont également rassemblées à Marseille, Rennes, à Lille ou encore à Montpellier. 'Ces lois-là sont faites pour museler les oppositions, les résistances', estime Thérèse Bourgeois, de La Ligue des droits de l'Homme dans le cortège marseillais. Des milliers de personnes ont défilé à Lyon, où des manifestants et un policier ont été blessés par des jets de projectiles lors de débordements.

Depuis, la controverse autour de ce texte, vivement dénoncé par les journalistes et les défenseurs des libertés publiques, s'est encore renforcée.

L'évacuation brutale d'un camp de migrants à Paris lundi soir et la révélation jeudi du passage à tabac d'un producteur de musique noir par quatre policiers, dont la garde à vue a été prolongée samedi, ont suscité l'indignation et électrisé le débat. Des scènes filmées et visionnées des millions de fois sur les réseaux sociaux.

Dans ce contexte tendu, Emmanuel Macron est descendu vendredi dans l'arène pour dénoncer l''agression inacceptable' du producteur Michel Zecler et des 'images qui nous font honte'.

Il a demandé de nouveau au gouvernement de lui faire rapidement des propositions 'pour lutter plus efficacement contre toutes les discriminations'.

Après avoir modifié le texte pour inclure des garanties sur le 'droit d'informer', le gouvernement a passé la semaine à tenter de déminer ce dossier.

En vain: malgré son adoption en première lecture par l'Assemblée nationale, la polémique était telle que Matignon s'est résolu à annoncer une nouvelle réécriture du texte par une 'commission' indépendante. Avant de rétropédaler face à l'ire des parlementaires et de la majorité, à qui Jean Castex a dû assurer qu'ils auraient le dernier mot.

/ATS