Net regain d'optimisme pour la croissance économique en 2021 (Seco)

La Suisse devrait connaître un rebond économique encore meilleur qu'attendu, dans le sillage ...
Net regain d'optimisme pour la croissance économique en 2021 (Seco)

Net regain d'optimisme pour la croissance économique en 2021 (Seco)

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

La Suisse devrait connaître un rebond économique encore meilleur qu'attendu, dans le sillage de l'assouplissement des mesures visant à lutter contre le coronavirus.

Le Groupe d'experts de la Confédération a fortement relevé ses prévisions de croissance du PIB à 3,6% pour 2021, contre une progression attendue à 3,0% jusqu'ici.

Cette croissance serait supérieure à la moyenne historique et dépasserait les niveaux d'avant-crise, indique mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Pour l'année prochaine, une progression de 3,3% du PIB est toujours escomptée. Ces prévisions sont corrigées des événements sportifs.

Après un hiver rigoureux en termes conjoncturels, le printemps a annoncé un renouveau économique. La production industrielle s'est accélérée, portée par une hausse de la demande, précise le communiqué. L'activité dans les services suit également une courbe ascendante, ce qui laisser présager au Groupe d'experts une 'forte' croissance du PIB suisse au 2e trimestre.

Dans un scénario où les mesures d'assouplissement peuvent être mises en oeuvre comme prévu, cette embellie gagnerait en solidité, soutenue par des effets de rattrapage dans les secteurs de la consommation. Le bout du tunnel est également en vue pour l'hôtellerie-restauration et l'événementiel, de loin les secteurs les plus affectés par la crise sanitaire.

Le marché du travail ne serait pas en reste: le taux de chômage devrait atteindre 3,1% en glissement annuel cette année. Les spécialistes tablaient jusqu'ici sur 3,3%. Pour 2022, cet indicateur est attendu à 2,8% contre 3,0% précédemment.

Le Seco met cependant en garde contre tout excès d'optimisme, rappelant que le degré d'incertitudes liées à la pandémie de Covid-19 reste très élevé.

A moyen terme, les risques pesant sur l'économie helvétique se sont accrus en raison du délitement des relations entre la Suisse et l'Union européenne et de l'impôt minimal mondial proposé pour les entreprises.

/ATS
 

Actualités suivantes