Novartis veut racheter The Medicines Company pour 9,7 milliards

Le géant pharmaceutique bâlois Novartis veut racheter le groupe pharmaceutique américain The ...
Novartis veut racheter The Medicines Company pour 9,7 milliards

Novartis veut racheter The Medicines Company pour 9,7 milliards

Photo: KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

Le géant pharmaceutique bâlois Novartis veut racheter le groupe pharmaceutique américain The Medicines Company pour quelque 9,7 milliards de dollars afin de renforcer son portefeuille de traitements cardiaques.

Annoncée dimanche, l'offre de rachat à 85 dollars (presque autant en francs) par action The Medicines Company représente une prime de près de 24% par rapport au cours de clôture vendredi, à 68,55 dollars.

Novartis espère doper les ventes de son médicament contre l'insuffisance cardiaque Entresto en y ajoutant l'inclisiran, traitement mis au point par The Medicines Company pour des patients qui ne répondent pas bien aux traitements aux statines plus anciens.

'Novartis a une longue histoire de percées dans les traitements cardiovasculaires et je suis très excitée par l'opportunité d'ajouter l'inclisiran à notre portefeuille de traitements cardiaques', a déclaré Marie-France Tschudin, à la tête de l'unité Pharmaceuticals, dans un communiqué.

L'offre de rachat devrait s'achever au cours du premier trimestre 2020.

L'Entresto produit par Novartis a vu ses ventes augmenter de 61% à 430 millions de dollars sur un an au 3e trimestre de cette année, selon les chiffres publiés par Novartis fin octobre.

Le traitement de The Medicines Company est lui basé sur une découverte de la régulation de certaines protéines par interférence de l'acide ribonucléique (ARN), qui a valu le prix Nobel de médecine en 2006 à Craig Mello et Andrew Fire.

The Medicines Company avait indiqué vouloir déposer le dossier de demande d'autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis de l'inclisiran d'ici la fin de l'année et au premier trimestre 2020 en Europe. La société a acquis la licence pour l'inclisiran auprès de Alnylam Pharmaceuticals Inc.

Pas de transformation en profondeur

Les ventes de médicaments destinés à faire baisser le cholestérol augmentent de 11% par an et devraient atteindre 17,7 milliards de dollars en 2024, selon des chiffres de EvaluatePharma.

Le taux élevé de cholestérol est une des principales causes de décès dans le monde.

Surpris ou non par une telle opération, les analystes accueillent un rachat qui ne devrait pas transformer en profondeur le mastodonte pharmaceutique rhénan. Le courtier irlandais Bryan Garnier avoue ne pas bien saisir les motivations de Novartis pour une opération dont les retombées demeurent encore conditionnées au succès d'une homologation de l'unique produit développé par la cible d'acquisition.

Le cabinet Wolf Research rappelle que l'enthousiasme initial autour des anticholestérol a régulièrement été douché et que The Medicines Company ne dispose de rien d'autre dans son incubateur que l'inclisiran.

Vontobel par contre accueillie une opération stratégiquement pensée pour doper les ventes de l'Entresto, qui constitue pour l'heure l'unique produit de la franchise cardiovasculaire de la multinationale bâloise et peine à s'imposer dans de nouvelles indications. Novartis pourra néanmoins compter sur le réseau de distribution érigé pour l'Entresto pour écouler ce futur traitement, surenchérit Jefferies.

Lundi en début d'après-midi, la nominative Novartis prenait 0,4% à 90,16%, en retrait d'un SMI en hausse de 0,64%.

/ATS