Pandémie et météo ont pesé sur la rentabilité du Groupe E en 2020

Le Groupe E a souffert de l'impact négatif de la pandémie de Covid-19 et de la météorologie ...
Pandémie et météo ont pesé sur la rentabilité du Groupe E en 2020

Pandémie et météo ont pesé sur la rentabilité du Groupe E en 2020

Photo: KEYSTONE/THOMAS DELLEY

Le Groupe E a souffert l'an dernier du double impact négatif de la pandémie de Covid-19 et de la météorologie clémente. Malgré le recul du bénéfice opérationnel, l'entreprise fribourgeoise s'estime bien armée pour la transition énergétique.

'La performance d'ensemble est solide tout de même au regard d'autres secteurs', a indiqué vendredi à Granges-Paccot (FR) Jacques Mauron, directeur général du Groupe E, dont les trois quarts de l'activité concernent les cantons de Fribourg et de Neuchâtel. Le chiffre d'affaires a stagné à 698 millions de francs.

Sur le plan opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) a chuté de 29% par rapport à l'exercice précédent pour tomber à 49 millions de francs. L'évolution reflète à la fois la crise sanitaire et les conséquences d'un hiver très doux, deux facteurs qui ont réduit la consommation d'électricité, de chaleur et de gaz.

Transfert de consommation

La production propre d'énergie électrique n'a pas dépassé 1312 GWh, contre 1599 GWH en 2019, année où pour l'hydraulique il y avait eu des précipitations importantes. La distribution est pour sa part demeurée stable, 'les ménages ayant consommé ce que les entreprises et les restaurants n'ont pas utilisé', a relevé Jacques Mauron.

Le bénéfice net de l'exercice écoulé affiche pour sa part un tassement de 14% à 81 millions de francs. Les participations dans l'énergéticien bernois BKW et la holding EOS, actionnaire d'Alpiq, ont permis de limiter les dégâts. En termes de rémunération, le Groupe E a reversé 47 millions de francs aux autorités.

Sur ce total, 40 millions sont allés au canton de Fribourg (avec communes), 2 millions au canton de Neuchâtel (avec communes) et 5 millions à la Confédération. Par ailleurs, 'le Groupe E a voulu donner un signal en ne relâchant pas ses investissements, malgré le contexte difficile', a souligné son directeur général.

Transition énergétique

Ainsi, l'entreprise basée à Granges-Paccot va lancer un plan d'investissement sur trois ans de 430 millions de francs, entre 2021 et 2023. 'L'objectif vise à dépasser le seuil des 700 millions de chiffre d'affaires autour duquel nous gravitons depuis plusieurs années', a précisé le directeur financier Willy Zeller.

'La croissance servira l'ambition du Groupe E de se profiler comme leader en Suisse occidentale', a redit Jacques Mauron. L'entreprise, présente dans les six cantons romands, mise plus que jamais sur la transition énergétique, avec une activité en plein essor dans le chauffage à distance, la technique du bâtiment et les conseils.

Quant aux parcs éoliens, ils constituent toujours une priorité, malgré les polémiques dans le canton de Fribourg. La première éolienne du groupe pourrait s'ériger dans un horizon à trois ans dans l'Arc jurassien, a priori plutôt dans le canton de Neuchâtel (Montagne de Buttes), a avancé prudemment Jacques Mauron.

Optimisme de mise

'Pour Fribourg, ce sera dans dix ans', a encore prédit le directeur général du Groupe E. L'enjeu à terme consistera à éviter la pénurie d'énergie, sachant que les possibilités d'importation devraient s'amenuiser. Selon Jacques Mauron, la Suisse est même capable de fonctionner sans carbone avant 2050.

En ce qui concerne 2021, le Groupe E, qui emploie 2400 collaborateurs, se montre optimiste, avec un premier trimestre conforme aux attentes. Pour l'entier de l'exercice, la direction table sur une amélioration de l'EBIT, en considérant que les effets négatifs de la pandémie sont en train de se résorber rapidement.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus