Prix des logements en baisse depuis l'adoption de la Lex Weber

L'initiative sur les résidences secondaires, adoptée de justesse par le peuple suisse en 2012 ...
Prix des logements en baisse depuis l'adoption de la Lex Weber

Prix des logements en baisse depuis l'adoption de la Lex Weber

Photo: Keystone

L'initiative sur les résidences secondaires, adoptée de justesse par le peuple suisse en 2012, n'a pas encore eu les effets escomptés. La Lex Weber a fait chuter les prix de l'immobilier dans de nombreuses régions touristiques, notamment en Valais et dans les Grisons.

Quinze des 20 communes où les prix ont fortement baissé se trouvent dans ces deux cantons, selon une étude de Wüest&Partner publiée lundi par le Tages-Anzeiger et Der Bund et dont l'ats a obtenu une copie. Les calculs du cabinet spécialisé dans l'immobilier ont été effectués entre le troisième trimestre 2013 et le troisième trimestre 2016.

En Valais, les prix à Zermatt et Saas-Fe ont baissé de 13%. Le recul a atteint 15% à Loèche-les-Bains. Dans les Grisons, la valeur des logements s'est dépréciée de 12% à St-Moritz, 14% à Pontresina et 21% à Bergün.

La tendance négative ne touche néanmoins pas toutes les régions touristiques. Les prix sont restés stables ou ont augmenté dans 77 des 131 communes examinées.

Le peuple suisse a accepté l'initiative sur les résidences secondaires en mars 2012, par une majorité de 50,6%. La législation d'application est entrée en vigueur au début de cette année.

Surcharge

De nombreux propriétaires fonciers ont construit des résidences secondaires sur leurs terrains avant l'introduction de la loi pour éviter de perdre l'argent, ce qui a fait bondir l'offre. Les incertitudes liées à l'application de la loi ont aussi eu des effets négatifs sur la demande de nombreux acheteurs potentiels se montrant réticents à acheter.

Dans une autre étude, les économistes de Credit Suisse sont eux aussi arrivés à la conclusion que les prix de l'immobilier ont baissé.

Les économistes du numéro deux bancaire helvétique ont comparé les communes ayant une part de plus de 20% de résidences secondaires avec des communes similaires n'ayant pas cette particularité. Cette méthode leur a permis de séparer les effets de l'initiative d'autres effets comme le franc fort.

Dans les années 2012 et 2013, les prix sont restés plus ou moins mesurés. En 2014, ils ont en revanche baissé de 15,4% en moyenne. En 2015, le recul a atteint 12,6%. En moyenne, l'initiative a fait baisser le prix des résidences secondaires de 70'000 francs, selon Credit Suisse.

Avec le temps toutefois, les réticences autour de l'application de la loi devraient diminuer et la suroffre se réduire. L'effet attendu de l'initiative qui vise à limiter la construction de nouvelles résidences secondaires se fera alors sentir et fera monter les prix.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus